Musique

La playlist iconoclaste

La playlist iconoclaste

14 octobre 2018 | PAR Antoine Couder

Cette semaine Louis Cole, Wine calling, William Z Villain, Lucien et son Kimono Orchestra remixé par Folamour et Gauthier chic.

 F… it up – Louis Cole (live sesh)    

On commence iconoclaste débraillé avec le petit prodige californien qui danse sur la tombe de Prince et réunit les suffrages d’à peu près tout le monde (de Quincy Jones au Red hot). Ici même pas un clip, une démo didactique, des premiers accords so funky jusqu’à activer le « full band ». On a bien sûr installé la batterie dans la montée d’escalier. Totalement jouissif.

Uncle Bill Goes Hifi— William Z Villain

Il vivait dans le Wisconsin avec ses chats et sa petite communauté grecque et russo-serbe qui constituait sa chorale. On le retrouve en France où il semble vouloir élire domicile par amour du fromage et pour sortir enfin quelques titres enregistrés à Grenoble et qui constitue la matière de son nouvel album. On pense à Beirut et bien sûr à Goran Bregovic avec une sorte de coup de lasso supplémentaire qui envahit son chœur d’intensité rock’n roll. A suivre.

 Wine calling – Bruno Sauvard

Iconoclaste parce que même pas un clip mais une bande-annonce (d’ailleurs ultra-réussie). Le réalisateur Bruno Sauvard qui en remet une couche sur le débat des anciens et des modernes, sur le fait de savoir si le vin naturel est une régression ou juste une transgression a eu une superbe idée : ne rien lâcher musicalement sur la musique de son road movie documentaire. Une magnifique playlist de dandy hautement rock’n roll qui tire le propos vers l’amour et la fête.

De caresse en paresse—Gauthier chic

Pas de playlist iconoclaste sans un petit branleur qui vient introduire un peu de doute sur l’excellence de notre sélection. Ça tangue génération Y ça « angelise » un max mais sans trop tomber dans le piège de la chanson à texte carrément à proscrire dans ce contexte aquaboniste. Enfin, le mec est en short en plein mois d’octobre comme si il avait prévu le réchauffement climatique ce qui laisse imaginer une école d’ingénieur derrière les fagots de cette tentative de coup d’Etat du hype. On va voir.

Freshstar (Flamour remix) Lucien & The Kimono Orchestra

Juste pour le plaisir iconoclaste de déporter la vasouille 80 vers un dance floor un peu plus sec, resserré autour d’un effet de flûte disco funk et d’un beat électronique. A la fin on ne sait plus trop ce qui est vintage hein mais ça devrait pas poser de problème pour commencer à bouger.

LA NOSTALGIE DU FUTUR, une pièce pleine de générosité de Catherine Marnas au TNBA
Tadao Ando, vivre l’espace
Antoine Couder
Antoine Couder est journaliste. Il est l’auteur de « Fantômes de la renommée (Ghosts of Fame) », une autofiction portée par l’histoire de la musique enregistrée qui a été sélectionnée pour le prix de la Brasserie Barbès 2018. Son travail explore le lien narratif entre document et fiction et plus particulièrement le thème de la musique, entendue au sens de l’écoute et de l’inspiration qu’elle procure. Il écrit actuellement une fiction anthropologique se déroulant entre l’Allemagne, la Suisse et la France.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *