Musique
La playlist et un peu de soleil (dans ta tête)

La playlist et un peu de soleil (dans ta tête)

25 janvier 2021 | PAR Antoine Couder

Cette semaine Midgnight sister, IKOQWE, April on march, Coco Bans et Rocio Marquez.

Pele — IKOQWE  

Africain, précisément angolais et donc sous influence de la vibe portugaise revisitée dans les rues de Luanda. Un grand mix à la manière d’un Sun Ra venu de la musique électronique qui continuerait de se jouer de la déconstruction des discours politiques et de l’imaginaire de science-fiction. Une belle audace esthétique et une sono mondiale au top.

Satelitte — Midnight sister  

Américain, précisément de Los Angeles où le duo formé par Juliana Giraffe et Ari Balouzian fait encore des miracles d’harmonie dans ce cette bluette atmosphérique où la soul vient reprendre tout en douceur ce que le R’N B ne cesse de lui voler. Brillant.

Being brave is stupid (feat.Von Pourquery) — Coco Bans    

Français, précisément gainsbourien pour cette auguste voix qui semble vouloir dominer ses petites manières de variété (Benjamin Biolay ?), le dernier titre de la prometteuse Allyson Ezell tourne magnifiquement autour de son spleen bien aidée en cela par l’impeccable travail graphique de Simon Landrein.

Natural — April on march  

Suédois, précisément franco-suédois, le duo formé par Dimitri Peronno et Martin Stahl gratte l’effusion pop en retravaillant les leçons de Radiohead et de Moby pour faire tenir droit dans ses bottes ce titre judicieusement habillé d’une discrète touche d’électronique. Bien vu.

Tangos — Rocios Marquez

Espagnole, précisément distinguée pour le meilleur album de musique du monde des Victoires du jazz 2020, Rocio est la première artiste flamenco à remporter ce trophée. On plussoie.

Visuel : Satelitte — Midnight sister  

[Interview] « Peau d’homme », la sublimation d’une colère
« Ecotopia » de Ernest Callenbach : Make the planet green again
Antoine Couder
Antoine Couder est journaliste. Il est l’auteur de « Fantômes de la renommée (Ghosts of Fame) », sélectionnée pour le prix de la Brasserie Barbès 2018. Son travail explore le lien narratif entre document et fiction et plus particulièrement le thème de la musique, entendue au sens de l’écoute et de l’inspiration qu’elle procure. Il prépare actuellement une biographie de Jacques Higelin (Castor Astral, 2020)

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture