Musique
La playlist en quasi hip hop

La playlist en quasi hip hop

09 mars 2020 | PAR Antoine Couder

Cette semaine Drake, Yuzmv, Laylow, Glints et un hommage à McCoy Tyner.

HTTP404 — Glints

On connaît tous plus ou moins l’erreur numéro 404 qui signale un lien digital rompu ou carrément mort. Une façon d’entrer dans l’univers de la chouette sensation belge néerlandophone qui introduit par ce morceau son brillant nouvel album. Un bel équilibre de groove en anglais bien guidé par un flow affuté et généreux.

Les mains libres (épisode 3) — Yuzmv

Descente sur Perpignan dans ce monde cabossé de bandelettes et de soins de suite qui masque l’identité, entre super-héros et héros tout court. Il y a chez Yuzmv et sa série de « mains libres » un éloge du retrait d’où l’on surplombe le prolifique  théâtre des opérations, quelque part dans l’arrière-monde d’un hôpital de campagne où vient enfin un sentiment de paix.

When to say when &Chicago freestyle — Drake

On sert l’apéro aux fans en attendant le nouvel album, plutôt dans le sens du poil old-school et à la cool. On a envie de dire « sans se forcer » ou plutôt « sans en faire trop », deux morceaux en un seul clip qui tombe à pic pour exciter les esprits (avec peut-être une petite préférence pour le freestyle de Chicago).

Piranha baby — Laylow

À Toulouse et donc en français dans le texte, on parle rétro futur avec un fan de Matrix qui semble presser le meilleur jus de sa vibe dans un second opus qui mélange tout en couleurs ses plans cinématographiques revus et corrigés. L’hémoglobine coule à flots, mais les cicatrices se maquillent, tranquille.

Song of Happiness — McCoy Tyner

L’annonce du décès du pianiste fameux du Quartet de John Coltrane ne parviendra pas à le faire  disparaître du paysage, en raison bien sûr d’une discographie prolifique et d’une tenue de route impeccable qui le laisse aborder un peu tous les styles avec une inspiration renouvelée. Un monument.

À La Commune d’Aubervilliers, « Nana n’attrape pas la variole » parle des genres, des individus, et des corps.
« Les 4 Barbu(e)s : Le pari d’en rire », un cabaret déjanté et rafraîchissant
Antoine Couder
Antoine Couder est journaliste. Il est l’auteur de « Fantômes de la renommée (Ghosts of Fame) », sélectionnée pour le prix de la Brasserie Barbès 2018. Son travail explore le lien narratif entre document et fiction et plus particulièrement le thème de la musique, entendue au sens de l’écoute et de l’inspiration qu’elle procure. Il prépare actuellement une biographie de Jacques Higelin (Castor Astral, 2020)

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *