Musique

La playlist des petits garçons

La playlist des petits garçons

10 décembre 2018 | PAR Antoine Couder

Cette semaine Clément Froissart, Lomepal, Homeshake,  Michel Polnareff et Isaac Delusion. 

Phantom — Michel Polnareff

28 ans plus tard, après l’irruption d’Internet et surtout après Sébastien Tellier qui nous a déjà (re) fait le coup de la posture instrumentale pompier, Polnareff revient après avoir bien fatigué tout le beau monde du studio ICP à Bruxelles et sort un Ovni bien à lui. Mais oui, pourquoi pas, au train où vont les choses, au prix où coûtent les disques pourquoi ne pas en faire cette chose bizarre, Siberian breaks pour séries télé des années 70 ? Les petits garçons devenus vieux ont bien le droit aussi de jouer tout seul dans leur chambre.

Nothing could be better — Homeshake

L’ancien compagnon de Marc DeMarco poursuit ici son travail solo, enregistré à Montréal entre le printemps et l’été, laissant au réalisateur Steve Smith le soin d’exprimer cette envie de légèreté, d’un corps hybride qui fait vibrer les neurones des pré-adolescents dont le désir plus frais que fou a la magie de se transformer un peu en n’importe quoi… des incarnations lascives qui collent aux objets métalliques et froids, aussi virtuelles que ses créatures en pleine croissance.

Ne me ramène pas — Lomepal  

Allez, dans la foulée de la reconnaissance publique, le chanteur préféré des ados, cette voix 2016/2017 des cours de lycée remet une couche avec un second album qui fait les comptes (et les décomptes) du succès. Toujours la même dialectique lomepalienne entre je ne sais pas et je ne suis rien qui s’applique aussi parfaitement ici, disque d’or ou non. On va vite voir si la saison 2 tient la route où si le jeune homme se prépare en fait à être tout bonnement crucifié.

 

Peupleraie — Clément Froissart

On ressort le clip en attendant l’album de février, pour le bourdonnement initial, ce moment de grâce qui lance la rêverie, entre masques terribles, Halloween et fraternisation intergénérationnelle, l’interstice où va se caler le petit quelque chose dont parle cette chanson, l’incroyable énergie d’un amour qui ne se sait pas encore impossible.

How much you want it — Isaac Desilusion  

On est quand même mieux entre soi, entre jus de chaussette et l’écran de jeu sinon quoi ? Ben Kebab… en fait, les trois euros que t’a laissé ton père, le quade dont tu rêves. Tu comprends ce que c’est un petit gars ? Un type qui relève la fourche, jusqu’à prendre les devants, et ce qu’il se passe après, on verra.

 

PAINT : la maîtrise toute en finesse
Gagnez 2×2 places pour Danser brut au LaM
Antoine Couder
Antoine Couder est journaliste. Il est l’auteur de « Fantômes de la renommée (Ghosts of Fame) », une autofiction portée par l’histoire de la musique enregistrée qui a été sélectionnée pour le prix de la Brasserie Barbès 2018. Son travail explore le lien narratif entre document et fiction et plus particulièrement le thème de la musique, entendue au sens de l’écoute et de l’inspiration qu’elle procure. Il écrit actuellement une fiction anthropologique se déroulant entre l’Allemagne, la Suisse et la France.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *