Musique

La playlist de l’été  (2)

La playlist de l’été (2)

08 juillet 2019 | PAR Antoine Couder

Cette semaine Palma Rosa, Vapa, Thylacine, Fredo Bang et notre hommage à  Joao Gilberto.

Erreurs acceptées — Vapa

Le chouchou de la semaine, VAPA pour « Vous n’Avez Pas d’Avis » ou peut-être que si, à suivre cette façon de s’élancer – cristal quasiment electro rock qui porte la voix furtive de Romy Schneider et zoome réaliste sur toute une existence qui se délie, dont il faut bien faire quelque chose, maintenant « Les choses de la vie ». Pas vraiment le choix en fait.

Dawg Gone— Fred Bang

Les paysages se ressemblent lorsque les yeux qui les regardent perdent espoir, ceux de VAPA ou ceux de Fredo Bang, du côté de Bâton rouge ; toujours le risque de tomber, de se retrouver enfermé. C’est un incontournable de l’iconographie contemporaine, ce jeu entre le dehors et le dedans et le geste de trop qui fait tout basculer.

 

Versailles- Thylacine

« À l’invitation du château de Versailles, Thylacine a passé une journée et trois nuits d’enregistrement, en immersion complète dans l’atmosphère sonore de Versailles : mécanismes d’horlogerie, clavecins, serrures, craquements du parquet ». Et le résultat est pas mal du tout.

L’ascèse- Palma Rosa

Le nom du groupe est une anagramme de l’anxiolytique « Alprazolam » :  il provoque des réactions psychotropes en potentialisant l’effet du GABA  qui est le principal neurotransmetteur inhibiteur dans la moelle épinière (c’est le « système de frein » du cerveau). C’est un neuromédiateur majeur. Comme dit la chanson, « Paris est une fête à l’envers ».

Chega de saudade- João Gilberto (RIP)

Allez ma tristesse, tu peux le dire que sans elle ça ne marchera pas, je te le demande, je t’implore pour qu’elle revienne ; je ne veux pas de la « saudade », je ne veux pas de « toi loin de moi » … Oh João. Tanto eu te amo.

visuel : Thylacine / Couverture d’album

Originalité pianistique de Giuseppe Guarrera aux Estivales de Musique en Médoc
Le « Requiem » de Mozart au Festival d’Aix-en-Provence
Antoine Couder
Antoine Couder est journaliste. Il est l’auteur de « Fantômes de la renommée (Ghosts of Fame) », une autofiction portée par l’histoire de la musique enregistrée qui a été sélectionnée pour le prix de la Brasserie Barbès 2018. Son travail explore le lien narratif entre document et fiction et plus particulièrement le thème de la musique, entendue au sens de l’écoute et de l’inspiration qu’elle procure. Il écrit actuellement une fiction anthropologique se déroulant entre l’Allemagne, la Suisse et la France.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *