Musique

La passion finlandaise au musée d’Orsay [ Concert ]

La passion finlandaise au musée d’Orsay [ Concert ]

13 février 2012 | PAR Marie Charlotte Mallard

En lien avec l’exposition Akseli Gallen-Kallela, une passion finlandaise (jusqu’au 6 mai 2012), l’auditorium du musée d’Orsay organise un cycle dédié à la Finlande et ses compositeurs. Ce jeudi 9 février, la soprano finlandaise Soile Isokoski accompagnée au piano par Marita Viitalo, ouvraient cette série de concerts par un récital avec un programme de mélodies de Merikanto, Toivo Kuula, Yrjö Kilpinen et bien sûr Sibelius.

En lien avec l’exposition Akseli Gallen-Kallela, une passion finlandaise (jusqu’au 6 mai 2012), l’auditorium du musée d’Orsay organise un cycle dédié à la Finlande et ses compositeurs. Ce jeudi 9 février, la soprano finlandaise Soile Isokoski accompagnée au piano par Marita Viitalo, ouvraient cette série de concerts par un récital avec un programme de mélodies de Merikanto, Toivo Kuula, Yrjö Kilpinen et bien sûr Sibelius.
Soile Isokoski, dont le prénom signifie « la lumière du nord », est née en Finlande en 1957. Après ses études à l’Académie Sibelius à Helsinki où elle débute en concert en 1986, elle obtient son premier rôle à l’Opéra de Helsinki en interprétant Mimi dans La Bohême de Puccini. Habituée des grandes scènes (la Scala de Milan, l’Opéra National de Hambourg, l’Opéra de Cologne, les Opéras nationaux de Berlin et Munich, Vienne et Paris), elle a récemment interprété Marguerite (Faust), Elsa (Lohengrin) au Staatsoper de Vienne, la Comtesse des Noces de Figaro au Covent Garden de Londres ou encore Desdémone (Otello) à l’Opéra national de Paris. Ce jeudi, elle interprétait en tout intimité les mélodies de ses compatriotes.
Si la première partie présentant des mélodies d’Oskar Merikanto (1868-1924), et Toivo Kuula (1883-1918), peine à produire une forte impression sur l’auditeur, bien qu’il faille toutefois reconnaître l’intensité expressive de cette voix du nord, la seconde partie elle, ravie la salle qui rappellera la chanteuse trois fois de suite à la fin du concert. En effet, la simplicité d’Yrjö Kilpinen (1892/1959) le « Hugo Wolf français » séduit, réveille et réchauffe enfin la salle. Soile Isokoski impressionne d’ailleurs par l’interprétation déchirante de «  Mon bien-aimée repose en terre » (maassa marjani makaavi, op3 n°3), mais c’est surtout avec les mélodies du plus connu des compositeurs finlandais Sibelius qu’elle illumine et emballe véritablement la salle. Pas moins de six mélodies charment et captivent littéralement l’auditoire se délectant du désespoir que sublime la voix de la chanteuse. Conquis tant par la poésie (que l’on pouvait apprécier grâce à la traduction de l’ensemble des textes en français) que par la dramaturgie et les harmonies sensibles que contient la musique de Sibelius, le public n’en finissait pas d’applaudir cette grande soprano. D’autres concerts sont à venir à l’auditorium de musée d’Orsay en mars avec notamment Régis Pasquier, Arto Noras et Ralf Gothoni (8 mars) puis par la soprano Karen Vourc’h accompagnée de Vanessa Wagner (15 mars). Des rendez-vous à ne pas manquer pour les mélomanes friands de découvrir un peu plus encore les richesses artistiques du pays de Sibelius et de Gallen-Kallela.

 

 

Luis Alberto Spinetta : la mort d’une figure du rock national argentin
I, Anna : Charlotte Rampling en mère fatale
Marie Charlotte Mallard
Titulaire d’un Master II de Littérature Française à la Sorbonne (Paris IV), d’un Prix de Perfectionnement de Hautbois et d’une Médaille d’Or de Musique de Chambre au Conservatoire à Rayonnement Régional de Cergy-Pontoise, Marie-Charlotte Mallard s’exerce pendant deux ans au micro d’IDFM Radio avant de rejoindre la rédaction de Toute la Culture en Janvier 2012. Forte de ses compétences littéraires et de son oreille de musicienne elle écrit principalement en musique classique et littérature. Néanmoins, ses goûts musicaux l’amènent également à écrire sur le rock et la variété.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *