Musique
La Maison bleue de Maxime Le Forestier, inaugurée officiellement par le chanteur à San Francisco

La Maison bleue de Maxime Le Forestier, inaugurée officiellement par le chanteur à San Francisco

23 juin 2011 | PAR Laurene Saby

« C’est une maison bleue, adossée à la colline » 40 ans après toujours « accrochée à la mémoire » de Maxime Le Forestier. A San Francisco, le chanteur du titre éponyme est revenu en pèlerinage mercredi dans la cité du Golden Gate, pour inaugurer la maison célébrée dans la chanson qui lui a apporté le succès en 1972.

En 1970, Maxime Le Forestier part avec sa sœur direction San Francisco. « C’était un mois particulier, c’était la première fois que j’allais en Amérique et que je traversais la mer » déclare le chanteur. Pendant quelques semaines, l’artiste va séjourner dans une maison située dans le quartier du Castro, repère des gays et des hippies et ancien faubourg mexicain. Dans une maison bleue de style classique victorien, « peuplée de cheveux longs, de grands lits et de musique, peuplée de lumière et peuplée de fous », Maxime Le Forestier va écouter de la musique, partager des moments forts avec des grandes figures du mouvement hippy de l’époque. « J’ai vu des choses très étranges », se rappelle le chanteur. « Je me souviens d’avoir vu Allen Ginsberg (figure emblématique de la beat generation) déguisé en femme, lisant des poèmes en s’accompagnant au violoncelle. Ça m’a frappé ! », confie le musicien, amusé. «Ce quartier était quand même particulier, car il y en avait des dizaines, des communautés comme la nôtre », note-t-il. « On avait l’impression d’être dans une ville de jeunes. Et en France, au début des années 70, c’était impossible de ressentir ça ».

Une chanson qui n’était pas destinée à devenir un tube

De retour en France, le musicien compose la chanson « San Francisco » en souvenir de ce bon temps passé. A Saint-Ouen, alors que le studio est libre, le chanteur enregistre le titre de manière totalement informel avant de l’envoyer à ces acolytes restés dans la maison bleue. « Les gens de la maison bleue m’avaient envoyé une lettre avec des dessins et je me suis dit que je n’allais pas répondre en anglais, vu que je ne parlais pas un mot », explique Maxime Le Forestier. « Alors j’ai écrit cette chanson, je l’ai mise sur une bande et je leur ai envoyée. Elle n’était pas destinée à être diffusée. » « San Francisco » est donc une chanson enregistrée et diffusée par hasard, qui deviendra en peu de temps un tube. En 1972, l’album Mon frère dans lequel figure le titre, remporte un franc succès et se vend à plus d’un million d’exemplaire. « San Francisco » devient culte, la maison bleue s’inscrit dans la mémoire collective française de la chanson populaire.

La maison tombée dans l’oubli renaît de ses cendres

Et la maison, elle est un peu tombée dans l’oubli. « Dernière à rester debout », les hippies l’ont peu à peu quitté et les nouveaux propriétaires ont même eu la mauvaise idée de la repeindre en vert. Même Maxime Le Forestier ne se rappelait plus où elle se trouvait : « Tous les amis qui allaient à San Francisco me demandaient où était la maison bleue, je répondais à chaque fois adossée à la colline car je ne me souvenais pas de l’adresse ». Finalement, c’est la maison de disque du chanteur, Universal Music, qui a eu l’initiative de demander aux propriétaires de repeindre la bâtisse en bleu. Le chanteur est venu sur place pour donner le dernier coup de peinture sur la façade, avant d’inaugurer une plaque commémorative. L’évènement a été organisé par le Consulat de France à San Francisco. On pourra maintenant  lire sur le fronton de la demeure : « En 1970, Maxime Le Forestier s’est inspiré de cette maison bleue pour l’écriture d’un de ses tout premiers succès, San Francisco », illustré d’une reproduction de la pochette originale de l’album Mon frère. Un beau cadeau pour le chanteur, qui continue d’interpréter son titre emblématique, devant un public de toutes générations confondues.

Un album anniversaire

Pour fêter les 40 années de Maxime Le Forestier chez Polydor, le label qu’il n’a jamais quitté, l’album Mon frère ressort avec les titres interprétés par des artistes d’aujourd’hui, tous bercés par les ballades du chanteur. Tandis que Maxime Le Forestier se produira à La Rochelle pour les Francofolies le 16 juillet, le disque sortira le 4 juillet prochain, dont voici les interprètes des titres :

1.Mon frère – Calogero
2. L’éducation sentimentale – Salvatore Adamo
3. La rouille – La Fiancée
4. Mourir pour une nuit – Sam
5. Marie, Pierre et Charlemagne – Daphné
6. Comme un arbre – La Grande Sophie
7. Fontenay aux Roses – Stanislas
8. Parachutiste – Juliette & François Morel
9. Je ne sais rien faire – Ayo & Féfé
10. San Francisco – Daby Touré + collégiale
11- Ça sert à quoi ? – Emily Loizeau

Un bel hommage pour Maxime Le Forestier, artiste emblématique de Polydor, et pour sa maison bleue. Le chanteur, lors de l’inauguration de la plaque sur la maison a confié qu’il fallait « se méfier du passé, prendre garde à ne pas inventer une légende ». Pour le plus grands plaisir des amateurs de l’artiste, c’est sûrement déjà trop tard.

San Francisco Maxime Le Forestier (1972)

C’est une maison bleue
Adossée à la colline
On y vient à pied, on ne frappe pas
Ceux qui vivent là, ont jeté la clé
On se retrouve ensemble
Après des années de route
Et l’on vient s’asseoir autour du repas
Tout le monde est là, à cinq heures du soir

San Francisco s’embrume
San Francisco s’allume
San Francisco, où êtes vous
Liza et Luc, Sylvia, attendez-moi

Nageant dans le brouillard
Enlacés, roulant dans l’herbe
On écoutera Tom à la guitare
Phil à la kena, jusqu’à la nuit noire
Un autre arrivera
Pour nous dire des nouvelles
D’un qui reviendra dans un an ou deux
Puisqu’il est heureux, on s’endormira

San Francisco se lève
San Francisco se lève
San Francisco ! où êtes vous
Liza et Luc, Sylvia, attendez-moi

C’est une maison bleue
Accrochée à ma mémoire
On y vient à pied, on ne frappe pas
Ceux qui vivent là, ont jeté la clef
Peuplée de cheveux longs
De grands lits et de musique
Peuplée de lumière, et peuplée de fous
Elle sera dernière à rester debout
Si San Francisco s’effondre
Si San Francisco s’effondre
San Francisco ! Où êtes vous
Liza et Luc, Sylvia, attendez-moi

(c) visuel : music-story.com, AFP, new.fr.music.yahoo.com

Source : AFP

Gagnez vos places: Tiken Jah Fakoly, VV Brown, Mélissa Nkonda le 14 juillet 2011 au concert SOS Racisme
Style Me Vintage- le rétro au bout du peigne !
Laurene Saby

One thought on “La Maison bleue de Maxime Le Forestier, inaugurée officiellement par le chanteur à San Francisco”

Commentaire(s)

  • ducret

    sera vue

    septembre 29, 2011 at 15 h 35 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *