Musique
Kitsuné lance « Kitsuné Hot Stream », son service de streaming illustré

Kitsuné lance « Kitsuné Hot Stream », son service de streaming illustré

28 octobre 2015 | PAR Bastien Stisi

Chez Kistuné, le label au petit renard et aux préoccupations électro-pop,  également producteur d’une ligne de vêtements trendy et tranquille, on est partis d’un constat, global et personnel : puisque le XXIe siècle tend de plus en plus à évoluer vers une consommation quasi exclusive de la musique par le biais du streaming, autant suivre la vague. Ou plutôt, tenter de joindre le rivage avant elle. Il y a une dizaine de jours, le label étiré entre Paris, New York et Tokyo a ainsi lancé son service de streaming : Kitsuné Hot Stream.

Maxime Lecerf, responsable communication du label aux 17 compilations : « Chez Kitsuné, les revenus face au download sont à 60% liés au streaming. Chez nous, ça fait 2 ans que les chiffres du streaming ont dépassé les chiffres du digital.  Puisque les gens ont un peu perdu perdu l’habitude d’écouter des albums en entier, on a décidé de proposer des private track, via un service de streaming alimenté chaque semaine par de nouveaux talents qui ne sont pas issus de notre catalogue ».

Des nouveautés sonores, et cela double l’intérêt d’une plateforme hébergée sur Youtube, Apple Music, Deezer et Spotify, qui seront systématiquement « mises en image » par les œuvres d’un illustrateur différent, une démarche qui vient confirmer le caractère viscéralement graphique de la maison lancée par Gildas Loaëc et par Masaya Kuroki au début des années 2000.

La semaine passée, on a ainsi pu découvrir les illustrations du duo Mrzyk & Moriceau, connu pour le caractère érotico morbide de leurs œuvres graphiques et de leurs clips (« Look » de Sébastien Tellier, « Sing Sang Sung » d’Air, « By Your Side » de Breakbot, « G.I. Jane » de Jackson and His Computerband…), venus associer notes de musique et formes sexuées aux compositions de Hoodlem, de Young Wonder et de NVDES. Le mois prochain, c’est l’illustrateur Moonassi coréen qui prendra le relais.

Et puisqu’il n’est pas encore tout à fait l’heure de considérer le concept du  « monde réel » comme un élément définitivement désuet, cette galerie virtuelle, libérée pour l’occasion des barrières numériques imposées par le streaming, prendra également place dans le monde réel, puisque chaque illustrateur sera chaque mois invité à habiller, graphiquement parlant, les murs du Café Kitsuné de Filles du Calvaire.

En attendant, les premiers épisodes graphico-sonores de Kitsuné Hot Steam se constatent par ici.

Visuels : (c) Mrzyk & Moriceau

[Critique] »Le Caravage », quand Alain Cavalier se fait cheval
[Critique] Splendide « Pénélope » à l’Opéra du Rhin
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *