Musique
Julien Clerc  » Terrien » : Un album chaleureux et bienveillant !

Julien Clerc  » Terrien » : Un album chaleureux et bienveillant !

17 mars 2021 | PAR Jean-Christophe Mary

Un ½ siècle de carrière, Julien Clerc publie ces jours ci son 26 eme album studio album. Soit douze chansons inédites, composées en grande partie pendant le confinement. Pour les textes, le chanteur s’est entouré d’une équipe d’auteurs multi générationnels parmi lesquels Clara Luciani, Jeanne Cherhal, Bernard Lavilliers, Marc Lavoine mais aussi le rapper Vincha.

Julien Clerc appartient à cette génération d’artistes, vedettes des 60’s et toujours apprécié en 2021. A l’instar d’un Johnny Hallyday, Michel Polnareff, Eddy Mitchell ou d’un Jacques Dutronc, Julien Clerc a su traverser les modes et attire à ses concerts autant les fans de la première heure que les nouvelles générations. Une raison à cela : les chansons de Julien Clerc enchantent notre quotidien depuis d’un demi siècle  tout en marquant les grands événements de nos vies, nos amours, nos rencontres, nos ruptures. Artiste authentique, sensible et romantique, il possède un sens redoutable de la mélodie. Avec le temps, le chanteur est devenu un artiste de référence qui collectionne les tubes, les disques d’or et qui remplit les plus grandes salles. Son public, toujours très féminin, continue de se pâmer devant le beau Julien. Et pourtant l’artiste, propose aujourd’hui un album beaucoup moins romantique. Peu de chansons d’amour ici mais des titres plus « engagés » servis par de talentueux paroliers. Refrains accrocheurs, mots qui font mouche, les mélodies de Julien possèdent l’art et la manière de souligner ces mots qui racontent nos petits bobos. Des textes servis avec tant de lucidité et d’humanité que forcément, on se sent concerné. Voilà des chansons qui évoquent l’écologie, les violences faites aux femmes et rendent hommage aux enseignants. Portés par des mélodies impeccables et des arrangements vocaux harmonieux, les mots insinuent parfois une certaine gravité dans le propos. Comment rester insensible à « L’amour des gens », ne pas ressentir un petit pincement au cœur sur « Mon refuge » titre caribéen chaloupé. On les ressens nous aussi ces souvenirs d’enfance ou un jour une enseignante a embelli notre vie « Mademoiselle », ces petites plaies intérieures  marquées par l’alcool « Comment tu vas ? ». Julien Clerc sait aussi nous arracher des larmes sur les violences faites aux femmes « La jeune fille en feu ». Le dérèglement du monde est aussi une préoccupation chez lui qui signe ici « La rose et le bourdon » et « Terrien », deux titres autour des changements climatiques, environnementaux. Dans« Brexit », il dresse le portrait d’une Angleterre désuète qui nous quitte. Un petit clin d’œil en forme de pied de nez à celui qui vient de rentrer en France après cinq années passées à Londres avec sa famille. Sans être révolutionnaire « Terrien » est subtil mélange de chansons traditionnelles autour d’arrangements modernes. C’est là toute la force du chanteur. A l’image de ces 12 titres réalistes et touchants comme chez Souchon, Cabrel, titres qui nous font réfléchir, nous réconfortent et nous laissent parfois un petit goût d’amer dans la gorge. Des chansons quoi.

Visuel : Pochette

« La guerre des pauvres », Olivia Grandville fait la révolution à La Ménagerie de Verre
Le metteur en scène Alain Françon dans un état critique après avoir été poignardé à Montpellier
Jean-Christophe Mary

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture