Musique

Jonas Kaufmann, idéal Werther

26 janvier 2010 | PAR Christophe Candoni

La chaîne Arte retransmet ce soir à 20H35 la captation d’une représentation de Werther, le chef d’œuvre de Massenet, qui se joue jusqu’au 4 février à l’Opéra Bastille dans la mise en scène du cinéaste Benoît Jacquot. Cette magnifique production qui date de 2004 avait été créée au Covent Garden à Londres. Sa reprise cette saison à Paris fait l’évènement grâce à une distribution de luxe : le ténor allemand Jonas Kaufmann chante pour la première fois le rôle titre et sous la direction d’un maître, longtemps absent de la fosse de l’Opéra National de Paris, le chef d’orchestre Michel Plasson.

werther_en_direct

Cette production est une preuve parfaite de la possibilité de faire à l’Opéra une vraie mise en scène dramatique tout en étant fidèle au livret et à l’écoute de la musique et des exigences techniques du chant. La direction d’acteur que fait Benoît Jacquot est précise, intelligente, notamment dans la relation entre Werther et Sophie. Il montre la difficulté à avouer un amour impossible et se débattre avec les sentiments. La manière dont les corps se frôlent avec retenue et pudeur est magnifique. Il sait compter sur la présence scénique et le fort engagement dramatique des chanteurs. Fidèle à son langage cinématographique, usant du hors-champ (exit la fête chez le pasteur) et du travelling, il créé des images froides et belles dans les décors de Charles Edwards qui représentent pour les deux premiers actes deux larges espaces en extérieur et font évoluer les protagonistes dans des lieux vides, désertés, sans vie ni distractions. Puis l’espace se resserre dans l’entrée sombre et rigoriste de la maison de Charlotte et enfin la petite chambre dans laquelle Werther se suicide. La mise en scène fonctionne sur une progression dramatique suivant le fil des saisons, de la douce nuit printanière aux flocons de neige hivernaux. On peut juger les deux premiers actes classiques et plutôt convenus, la suite se libère dans une émotion vive menée à son paroxysme pendant la longue mort du héros, statique et bouleversante.

werther-image-2

Jonas Kaufmann a la jeunesse séduisante et le physique idéal du héros romantique. Dès sa première entrée sur scène, pendant l’ouverture, en costume bleu sombre et lunettes de soleil, il irradie, baigné dans la lumière chaude d’André Diot. Il est un personnage à la fois solaire et crépusculaire. Nous avions vu l’année dernière l’interprétation bouillonnante de Rolando Villazon, passionné et torturé à Bastille dans la mise en scène de Jürgen Rose, Jonas Kaufmann est ici un Werther beaucoup plus intériorisé. Sa voix étonnamment sombre correspond idéalement aux tourments du personnage. On apprécie la finesse de la musicalité dont il fait preuve. Là où certains ténors exhibent de puissants moyens vocaux, Kaufmann use du mezzavoce, avec une voix d’une douceur caressante, renforcée par une belle projection, des aigus aisés et une très bonne diction du français. On cite aussi la déchirante et intense Charlotte de la mezzo-soprano Sophie Koch. Les seconds rôles sont également très bons : la fraîcheur et la voix claire de Sophie (Anne-Catherine Gillet), la gravité et la droiture de Ludovic Tézier dans Albert, l’empathie et la tendresse du Bailli d’Alain Vernhes. Michel Plasson dirige l’orchestre de l’Opéra de Paris avec minutie. C’est assez lent, tout legato dans un grand souffle mélancolique et élégiaque, d’une grande expressivité dramatique grâce à une large gamme de couleurs et de nuances.

wertherparis

Werther, mardi 26 janvier 2010 à 20H35 sur Arte et à l’Opéra Bastille le 29 janvier, les 1 et 4 février à 19H30. 08 92 89 90 90.

Lately la la en concert à Paris !
Le groupe des Chats persans en concert ce dimanche!
Christophe Candoni
Christophe est né le 10 mai 1986. Lors de ses études de lettres modernes pendant cinq ans à l’Université d’Amiens, il a validé deux mémoires sur le théâtre de Bernard-Marie Koltès et de Paul Claudel. Actuellement, Christophe Candoni s'apprête à présenter un nouveau master dans les études théâtrales à la Sorbonne Nouvelle (Paris III). Spectateur enthousiaste, curieux et critique, il s’intéresse particulièrement à la mise en scène contemporaine européenne (Warlikowski, Ostermeier…), au théâtre classique et contemporain, au jeu de l’acteur. Il a fait de la musique (pratique le violon) et du théâtre amateur. Ses goûts le portent vers la littérature, l’opéra, et l’Italie.

9 thoughts on “Jonas Kaufmann, idéal Werther”

Commentaire(s)

  • ROUX

    MERVEILLEUX WERTHER, quelle soirée formidable. Un voix exceptionnelle. Ce fût un régal

    janvier 27, 2010 at 10 h 02 min
  • Laure

    Un très grand moment de pur bonheur … Merveilleuse interprétation de Jonas Kaufmann, chanteur extraordinaire et excellent interprète !

    janvier 27, 2010 at 10 h 38 min
  • J’ai pris la diffusion tout à la fin du premier acte donc sur les deux dernières phrases de Werther. Tout de suite je me suis dit : « qu’est-ce que c’est que cette voix extraordinaire? » et bêtement je l’ai pris pour un baryton. Puis l’opéra s’avançant j’ai bien compris qu’il s’agissait d’un grand ténor : « c’est un futur ténor Wagnérien » me suis-je dit avant d’apprendre par la speakerine qu’il sera Lohengrin à Bayreuth cet été. Ce qui ne m’étonne pas. C’est une très grande voix qui annonce une très grande carrière. Je la lui souhaite longue et grandiose. BC

    janvier 27, 2010 at 11 h 27 min
  • helen

    Magnifique, superbe interprétation, ne connaissant pas Werther. Pourquoi me réveiller au souffle du printemps…. sublime.
    Je souhaite une longue et brillante carrièreà Jonas Kaufmann.

    Merci à Arte de nous avoir fait passer une si belle soirée. Vivement la prochaine soirée d’opéra.

    janvier 27, 2010 at 18 h 19 min
  • bénard catherine

    quelle belle soirée que ce Werther chanté admirablement par Jonas Kaufmann et cette merveilleuse Charlotte, Sophie Koch, sans oublier Alain Vernhes et Ludovic Tézier tous deux également remarquables. encore merci à Arte pour ces moments privilégiés où l’on peut entendre des oeuvres magnifiques interprétées de façon magistrales.

    janvier 27, 2010 at 19 h 12 min
  • Vera says

    Une soirée exceptionnelle et un pur enchantement ; Jonas Kaufmann, prodigieux, entouré d’artistes à sa hauteur, dans une mise en scène et une lumière sublimes…
    Un Werther d’anthologie (bientôt en DVD?)…

    janvier 27, 2010 at 20 h 11 min
  • bernard soubeyran

    bravo aux artistes quelle merveilleuse interpretation de werther,un veritable momment de bonheur

    janvier 27, 2010 at 22 h 12 min
  • bernard soubeyran

    merci à arte pour cette soirée ,encore beaucoup d’autres de cette qualité nous l’esperons,plein d’encouragements à jonas Kaufmann et Sophie koch tous deux magnifiques.

    janvier 27, 2010 at 22 h 34 min
  • Agé de 80 ans j’ai vu une bonne dizaine de Werther dans ma vie, mais le 26.01 j’ai eu l’impression de découvrir cette oeuvre compte tenu de l’interprétation dramatique qui nous était proposée. Dès le 2ème acte j’avais la gorge serrée devant la souffrance des deux protagonistes. Je crois que sublime Werther est le bon qualificatif, mais surtout SUBLIME JONAS KAUFMANN.

    mars 12, 2010 at 11 h 35 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *