Musique
Joanna conte l’amour dans son nouvel album « Sérotonine »

Joanna conte l’amour dans son nouvel album « Sérotonine »

07 mai 2021 | PAR Laura Rousseau

Sérotonine c’est un album comme une histoire d’amour, nous faisons la rencontre de Joanna pour tomber sous son charme,  un peu, beaucoup, passionnément, à la folie !

Joanna est une artiste, un « mélange entre Vénus et Lucifer« . Compositrice et interprète de 22 ans, elle fait danser tous les cœurs sur cses douces musiques sensuelles à la recette magique : une voix unique, beaucoup de poésie et un mélange subtil de beats électroniques, de trap, de pop et de R’n’B. Après un premier clip, Séduction posté sur YouTube en 2018, puis son EP Vénus en 2020, la chanteuse revient avec ce superbe album qui conte l’amour de nos temps, en quatorze chansons aussi envoutantes que l’amour. Ses textes puissants et émancipateurs s’articulent autour de l’identité féminine, de la sexualité, du désir. Armée d’une sensualité brûlante, et d’un style épuré froid, Joanna déconstruit les amours et la vision de celles-ci.

Le goût de l’amour

La sérotonine c’est d’abord un neurotransmetteur qui permet la transmission entre deux neurones. Elle est aussi appelée « hormone du bonheur » puisqu’elle intervient au niveau du cerveau et permet la régulation de certains comportements comme l’humeur ou l’émotivité.

Sérotonine, est le moyen de transmission de Joanna : elle fait parler son cœur, et en échange il régule ses émotions, et rend intelligible les mécanismes de l’amour. Comme une intrigue romanesque, cartes sur table, Joanna, nous embarque dans une histoire d’amour aux différents chapitres : La rencontre, La séduction, L’envahissement, La naissance de l’amour, Le sexe, La peur, La jalousie, La lassitude, La nostalgie, Le désamour, La révolte, La renaissance. L’amour, les relations, comment s’en sortir ? Inlassablement les mêmes schémas se répètent et les mêmes questions résonnent : Comment garder son individualité ? Comment ne pas subir la domination masculine au sein de ses relations ? Finalement, comment aimer ? Ce sont toutes ces questions universelles que Joanna pose dans une poésie entêtante, percutante et acérée.

L’amour naît, l’amour fane. C’est cette vision un peu fataliste de l’amour que Joanna chantonne tout au long de cet album, d’une voix suave et exquise. Elle illustre parfaitement cette peur incontrôlable de l’amour et de ses douleurs dès la naissance de l’amour dans Petit Cœur : « Tout petit cœur est envahi, tout petit cœur se sent trahi, ton petit cœur sera détruit ». Comme un cycle inlassablement répété, l’amour se transforme en désamour, puis se renouvelle, en amour de soi où le « je » prend la place sur les autres : « Je le sens pas, je veux qu’on me libère, faire les cent pas, devenir solitaire. »

Le Women Gaze

Parler d’amour, c’est aussi l’occasion de parler de désirs et de sexualité féminine. Le corps a toujours été un thème important dans les paroles de Joanna. Se réapproprier sa sexualité passe aussi par sa propre appropriation de son corps. Dans Séduction, elle chantait déjà :

« Ton corps est une œuvre d’art sculptée dans la pierre. Ton corps est une œuvre d’art façonnée par la mer. Ta silhouette chaloupée faisant bouger ton fessier sucré. Sorti tout droit de la nature, une beauté créature »

Dans la chanson Sur ton corps, Joanna redonne sa place au plaisir féminin dans une relation sexuelle. « Je veux prendre ton plaisir comme un trésor. Tes soupirs m’inspirent les plus beaux décors ». Dans le clip, Joanna avait capturé le couple LeoLulu, stars de la pornographie « homemade » alors qu’ils couchaient ensemble, version diffusée sur Pornhub.

Joanna s’attarde sur les mécanismes de l’échec amoureux, comme la jalousie, mais aussi les problématiques sociales. Le morceau Nymphe Solitaire relève la différence de traitement de la sexualité des femmes et de celles des hommes. « Nymphomane », est un terme négatif dans l’imaginaire collectif. La chanteuse tente de lui redonner son sens premier : une femme qui comme les hommes aime « la violence au gout de miel« , le sexe. Elle chante avec une poésie captivante : « Isolée dans ses rêves elle réclame, désirs irréels chaque soir, nymphomane » // « Les minutes passent, son désir croît, nymphomane, cultive les fleurs du mal« .

Dans ce drame romantique si familier, Joanna, se métamorphose à chaque chanson, dévoile ses multiples facettes musicales, esthétiques et personnelles. Comme un oracle, elle se pose comme intermédiaire entre la déesse de l’amour, Vénus, et les autres, et exprime d’une voix sûre les augures de l’amour.

Visuel : Pochette de l’album Sérotonine – Joanna

Agenda du week-end du 8 mai 2021
Maxime Kurvers met les acteurs en scène à La Commune
Laura Rousseau

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture