Musique

Jet : 100% rock’n’roll

12 septembre 2009 | PAR Mikaël Faujour

Voici le troisième album des Australiens de Jet. Entre power pop et garage rock, Jet sonne immédiatement familier et c’est tout simplement plaisant. Pas inoubliable, mais franchement jouissif par instants. C’est déjà beaucoup.

jet-shaka-rockC’est en 2003 que les Australiens s’étaient fait connaître, en pleine vague de revival garage, avec leur « Are You Gonna Be My Girl ? », un des tubes rock de l’année de grande classe. L’album s’écoule à quelque 3,5 millions d’exemplaires – et se classe 1er en Australie. Trois ans plus tard, un second effort atteint la 3e place des charts australiens.

Shaka Rock est donc leur troisième album. Sans trop de surprise, on y retrouve ce qui fait le charme de ce groupe sans génie mais jouissif : un rock débridé, nerveux mais jubilant, dans des formats courts. Et surtout ce curieux air, plaisant, de déjà entendu, car Jet a moins à voir avec le groupe plagiaire parce que sans idée, qu’avec le groupe de vrais amoureux de la musique. Ils ont digéré des kilos de classiques et lardent avec le sourire leurs compos de citations et de références, ce qui les rend immédiatement familières.

Oui, le « KIA (Killed in Action) » en ouverture fait penser au « Highly Evolved » de leurs compatriotes des Vines. Oui, le single « She’s a Genius » est une évidente référence au tube absolu de power pop « My Sharona » (The Knack). Oui, l’influence des Stones (« Goodbye Hollywood ») ou d’AC/DC est sensible – et parfaitement assumée. Mais nom d’un petit bonhomme, il faudrait être froid et rigide, pour rester indifférent à ces petites compositions bien ficelées, à ce sens du rock incontestable. Écoutez donc « K.I.A. », « She’s a Genius » ou « La Di Da ».

Ce n’est guère révolutionnaire ou nouveau – mais ne jouit-on que de la nouveauté ? Surtout, même si l’album s’essouffle quelque peu sur la longueur, dans l’ensemble ça groove et c’est cool. À peu près l’idée qu’on se fait des Australiens.


Jet, Shaka Rock, EMI, 2009.


Sophie Hunger en première partie de Nils Petter Molvaer à la Villette
Le festival d’ Avignon débarque à Paris
Mikaël Faujour

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *