Jazz
Les 1001 nuits du jazz célèbrent les batteurs et leur épopée au Bal Blomet (11/05/2019)

Les 1001 nuits du jazz célèbrent les batteurs et leur épopée au Bal Blomet (11/05/2019)

14 mai 2019 | PAR Yaël Hirsch

Ce 11 mai, le mythique Bal Blomet de Josephine Baker restauré faisait salle (et tables) comble(s) pour cette nouvelle édition des 1001 nuits du Jazz. Autour de Mourad Benhamou et Julien Roger, Raphaël Imbert, Johan Farjot, Denis Pituala et Rémi Roux nous ont fait revivre la naissance et le triomphe de la batterie. 

Salle comble et amateurs de jazz attablés autour de verres de vin et d’assiettes de charcuteries nous accueillent dans la brique solide et intime du Bal Blomet. Sur deux étages ouverts, permettant presque à tous de s’asseoir, le lieu mythique a rouvert ses portes il y a deux ans. Avec les légendes du jazz peintes sur les murs noirs de son escalier et son restaurant raffiné, il est devenu la meilleure raison de se rendre dans le 15e arrondissement auquel il redonne tout l’or du temps de la Ruche et du Montparnasse Bohême. 

Parmi les figures dessinées sur ce mur : le saxophoniste, compositeur et très grand connaisseur du jazz (victoire de la musique « album inclassable » en 2018) Raphaël Imbert. Ce dernier propose deux jeudis par mois une édition des « 1001 nuits du jazz » dont le principe est de mêler musique et narration sur cette musique. S’ajoute à cela de beaux partenariats avec des écoles, notamment le CNSM (Conservatoire de Paris) et le Centre des Musiques Didier Lockwood qui permet à de jeunes talents de jouer avec des musiciens aguerris et qui pratiquent leur art ensemble depuis 20 ou 30 ans.

Et la magie de cette rencontre opère dès l’entrée en scène des héros de cette soirée : les batteurs. Tout commence par le son, celui de l’extraordinaire Mourad Benhamou seul en scène, mais très vite le jeune talent à suivre absolument Julien Roger le rejoint et leur « battle » donne le « la » réjouissant d’une soirée où le rythme prime, marqué par le pianiste puissant Johan Farjot et le jeune contrebassiste Denis Pituala. Aux cuivres et bois , le talent Rémi Roux à la trompette et l’exceptionnel Raphaël Imbert au saxophone se complètent et l’ensemble du sextuor baigne dans une joie, une entente et une écoute réciproque parfaitement jouissive et communicative. 

Entrecoupée d’explications passionnantes de Raphaël Imbert qui nous montre comment le jazz a inventé la batterie en mêlant des instruments aussi traditionnels que la grosse caisse des corps d’armée européens et la cymbale turque, ou qui fait jouer une innovation d’usage et de rythme par un Mourad Benamou parfaitement clair et limpide, ‘L’épopée des batteurs » nous fait revisiter l’histoire du jazz en nous la faisant vivre et expérimenter  : et l’on découvre ou réentend Count Basie, Dizzy Gillespie ( très beau bis), du free jazz ou un vrai funeral de la Nouvelle Orléans (qui nous a donné la chair de poule d’émotion avant d’exploser pour nous faire danser) par le biais de cet instrument clé et dont on suit à la fois l’évolution et l’impact sur l’évolution de la musique.

On a envie de se lever, de danser, tout le corps se met à l’unisson de la musique tandis que que le récit de Raphaël Imbert marche vraiment comme chez Shéhérazade et maintient l’esprit totalement en éveil. Une expérience éblouissante à réitérer autour du duo Bechet/ Armstrong dès le 23 mai.  

 

Au Bal Blomet

33 Rue Blomet, 75015 Paris

Informations et réservations : ici

visuels : YH 

 

 

Saisons européennes d’opéra : Monte-Carlo affiche une belle saison 2019-2020 entre grands titres et interprètes de choix
Promenade au festival BD d’Aix-en-Provence
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture