Jazz

L’élégance de Khalil Chahine enchante le Studio de l’Ermitage (12/12/2018)

L’élégance de Khalil Chahine enchante le Studio de l’Ermitage (12/12/2018)

14 décembre 2018 | PAR Yaël Hirsch

Alors qu’il vient d’éditer son dernier disque, Café Groppi, le guitariste et compositeur Khalil Chahine était sur la scène du studio de l’Ermitage, ce mercredi 12 décembre pour un concert de jazz qui faisait voyager dans le temps et dans les cœurs d’une salle comble.

[rating =4]

Khalil Chahine et ses quatre musiciens (dont le batteur André Cecarelli) entrent sur la scène du studio de l’Ermitage vers 21:00. Nous sommes installés à une petite table ronde sur un tapis rouge à côté de la présentatrice phare des courses hippiques des années 1980, Pierrette Bres. La soirée commence tout en douceur avec « Le jour, partie 2 » un mouvement unanime de guitare relevée de cuivre. Le deuxième mouvement est plus blues avec un pianiste qui s’est levé pour nous enchanter de violon. Après un moment d’unisson croissant, la troisième chanson est plus mélancolique. Le saxophone émet une plainte douce-amère et entraîne après lui tous les autres instruments dans un océan d’harmonie pleine de fantômes. Le temps de reprendre son souffle et l’on est convié à entrer dans l’univers un peu sauvage de « Synoptique ». La suite est nostalgique et reprend le thème éponyme et coloré qui donne son nom au nouvel l’album: Café Groppi. Le temps s’appesantit sur l’air qui suit, une magnifique ritournelle et « Ojos de Ciel » que Chahine nous fait frissonner au rythme du duo guitare/violon originel sur une mélodie très « « tangera». Encore un morceau rêveur et c’est « sous les cimes » que le batteur André Cecarelli, héros du morceau est acclamé après son solo par la foule.
Après de généreux remerciements, les camarades entonnent le très mélodique «  Pauper » avant d’embrayer sur un air plus andalou. Et l’on finit sur l’un des tubes de l’album Turquoise : « Errance », avec beaucoup de souffle et beaucoup d’âme que Chahine accomplit à l’harmonica.
Une fois le concert terminé, la soirée se poursuit et comme le veut la tradition le guitariste vient boire des verres avec ses amis et son public. Un moment d’élégance et de partage qui a fait vibrer et rappelé bien des souvenirs.
Visuels : YH
Barkouf ou un chien au pouvoir d’Offenbach brillamment ressuscité à Strasbourg
Revoir « La Dame de Shanghaï » d’Orson Welles
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *