Jazz
Jazz’N’Klezmer – AutorYno au Petit Bain : une démonstration de wild klezmer fusion

Jazz’N’Klezmer – AutorYno au Petit Bain : une démonstration de wild klezmer fusion

01 décembre 2013 | PAR Delphine Habert

Dans le cadre du festival Jazz’N’Klezmer, le groupe de Fusion Klezmer AutorYno interprétait son dernier album dans la salle du Petit Bain samedi 23 novembre, après une première partie menée par le duo Denis Cuniot/David Konopnicki.


Peu avant 21h, le concert commence. En entrant dans la salle, on découvre une scène intimiste. Plongés dans un fond de lumière bleu et violet, on découvre, sur le coin gauche de la scène, le pianiste Denis Cuniot et le guitariste David Konopnicki, l’un des trois membres du groupe AutorYno. La musique des deux musiciens fluctue entre un passé riche de traditions et un futur à construire. Les deux artistes expriment un besoin de préserver l’essence de la musique Klezmer tout en développant un jeu sonore plus contemporain. Ils revisitent le répertoire de nombreux artistes comme John Zorn ou encore David Krakauer. Ils rendent même hommage à la création du clarinettiste Yom en interprétant le thème « Angel », une berceuse attachante, puis en l’invitant sur scène pour un trio haut en couleurs.
Après une courte entracte, le temps de régler et brancher les instruments, les trois musiciens du groupe AutorYno entrent en scène : David Konopnicki à la guitare, Bertrand Delorme à la basse et Cyril Grimaud à la batterie. Le groupe est venu nous présenter leur album Cosmopolitan Trafic, produit par le label Tzadik du célèbre John Zorn. Ils revisitent tour à tour différentes mélodies Klezmer pour les arranger en une version funk/rock voire métalleuse. Les solos de guitare nous emportent vers des contrées lointaines, grâce au doux son des mélodies Yiddish et aux effets d’écho de la guitare. La palette de son utilisée par le trio est riche et novatrice. On peut notamment s’en rendre compte à travers le titre « Les Anges » de leur premier album :
Parmi les titres joués, ceux du dernier album traduisent bien cette énergie incroyable qui se dégage de l’ambiance musicale engendrée par les trois musiciens : un son intense, passionné et transportant. On retiendra « Irene et Sandy », un morceau au nom de deux ouragans qui nous entraine dans un tourbillon mélangeant suraigus de la guitare, grosse rythmique à la batterie et basse envoutante. Le groupe réinterprète aussi des titres de leur album précédent, Pastrami Bagel Social Club, et n’hésite pas à faire participer le public en deuxième partie de concert comme ce fut le cas sur le titre « Five Flavors ». Avant de nous quitter et de remercier le public et « tous ceux qu’il aurait oublié », le guitariste annonce un dernier morceau, « Stanislawow », plus groovy et enivrant, notamment grâce au son que donne la pédale Wah Wah de la guitare. Il est 23h, le concert touche à sa fin. On aura alors goûté une musique attachante et originale qui fusionne rock, groove et tradition Klezmer.
Pour se plonger dans leur univers musical, c’est par là : https://soundcloud.com/autoryno

Pisser à Paris, un guide pratique des toilettes de la capitale
Un café maison de Keigo Higashino: l’art du polar japonais
Delphine Habert

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *