Jazz

[Jazz à Saint Germain] Rhoda Scott et Emmanuel Djob à l’Eglise Saint-Sulpice

[Jazz à Saint Germain] Rhoda Scott et Emmanuel Djob à l’Eglise Saint-Sulpice

27 mai 2015 | PAR Olivia Leboyer

Le Festival Jazz à Saint Germain propose des rencontres d’exception entre des artistes et un lieu : ce mercredi 26 mai, c’est l’Eglise Saint-Sulpice qui a ouvert ses portes pour une soirée Gospel et Negro spirirual endiablée. Un concert plein d’âme et de joie.

Entrer dans l’Eglise Saint-Sulpice provoque toujours une émotion. Imposant, presque épuré, le lieu invite à la méditation, en particulier devant La Lutte de Jacob avec l’ange de Delacroix. Alors, un concert Gospel à Saint-Sulpice, sur le coup, ça fait un peu bizarre, comme mélange de styles. Et c’est justement la belle idée de Jazz à Saint-Germain : mêler les influences, les genres, dans une belle humeur collective. C’est un hymne à la joie, rythmé, souriant et généreux qui a retenti, deux heures durant, dans le noble édifice.

Placés juste derrière Monsieur le Maire du VIe arrondissement et son épouse, complètement pris par la musique, nous avions une vue imprenable sur la chapelle, d’inspiration baroque, où officiaient la grande Rhoda Scott et ses amis. A l’orgue, Rhoda Scott nous a enchantés, attaquant le concert à un rythme soutenu. Si Emmanuel Djob est un musicien et chanteur de talent, il est également prêcheur et il n’a pas hésité à ponctuer ses morceaux de réflexions sensibles et vibrantes sur l’amour et la foi. Lorsqu’il nous a invités à chanter tous ensemble pour nos morts à nous qui, où qu’ils se trouvent, nous sourient, comment ne pas être émus ? Sur un ton plus badin, Emmanuel Djob a rendu hommage à la beauté et au courage des femmes, puis à la lumière que dégage tout être humain. Eclectique, la programmation comptait aussi quelques grands standards comme « All when the saints », « Happy days », « Stand by me » ou « Georgia » : l’occasion de danser ensemble sans retenue !

Un grand merci à Rhoda Scott, Emmanuel Djob, les six choristes (qui ont chacun interprété un solo), ainsi qu’à la paroisse de Saint-Sulpice pour cette soirée pleine de vie et d’âme.

visuels: affiche officielle du festival.

[Saison 15/16] Le Théâtre de la Ville tourné vers le monde
[Live report] Yaël Naïm au Cirque d’Hiver
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *