Jazz

[Jazz à Saint-Germain] Lars Danielsson à la Maison des Cultures du Monde: un miracle d’équilibre

[Jazz à Saint-Germain] Lars Danielsson à la Maison des Cultures du Monde: un miracle d’équilibre

29 mai 2015 | PAR Olivia Leboyer

Hier soir, jeudi 28 mai, c’était au tour du Suédois Lars Danielsson de nous enchanter. Et cela fait longtemps qu’un concert ne nous a pas saisis à ce point. Pureté des lignes mélodiques, douceur, beauté calme, rythmes souples : un vrai ravissement.

[rating=5]

En première partie, la Maison des Cultures du Monde accueillait un jeune quintet, lauréat du Tremplin espoirs 2014 : Christophe Girard à l’accordéon et Mélusine, quatre musiciens (piano, guitare, contrebasse, batterie, euphonium), doués et modestes. Quelques morceaux, de « Mobile » à « Elegia », aussi entraînants qu’originaux.

Après la pause, Lars Danielsson a occupé l’espace, attaquant sa contrebasse tout en douceur, sur une note tendue à la perfection, délicatement. Ce jazz-ci est extraordinairement séduisant, sans fausse excitation ou autre effet rythmique facile. Souple, presque élastique, le rythme se déploie avec une finesse, une tristesse vraiment remarquables. Les notes sont suivies, accompagnées, dans leur pureté. Magnus Oström caresse ainsi légèrement sa batterie, tandis que le pianiste Iiro Rantala lâche ses touches d’un geste sec, parfait. A la guitare, John Parricelli livre, lui aussi, un solo subtil, de toute beauté.

Vous décrire les images qui nous passent par la tête pendant ce concert ? Inutile, chaque écoute est personnelle. Le mieux est encore de vous recommander, très chaudement, les deux CDs de Lars Danielsson, « Liberetto » et « Liberetto II » (ACT, 2014), assurément parmi les meilleurs de ces dernières années.

Visuels : affiche et photo officielles.

Un « Liliom » bohême et coloré au TGP repris au Théâtre de l’Odéon
Playlist de la semaine (117)
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *