Jazz
Estelle Perrault et ses musiciens enchantent le Bal Blomet

Estelle Perrault et ses musiciens enchantent le Bal Blomet

06 décembre 2021 | PAR Geraldine Elbaz

Pour nous présenter son deuxième album Dare That Dream, la chanteuse Estelle Perrault s’est entourée d’un Quartet de choix et a envoûté le Bal Blomet. Un concert plein de swing, de groove et de sensibilité.

Estelle Perrault, nouvelle voix du jazz 

Elle est belle, elle est jeune, elle est talentueuse. Retenez bien son nom car Estelle Perrault n’a pas fini de faire parler d’elle. A 32 ans, la chanteuse et compositrice franco-taïwannaise a déjà sorti deux albums : Lots of Love en 2020 (version digitale) et Dare That Dream en septembre 2021. 

Pour son dernier opus, elle a su s’entourer des meilleurs de la nouvelle scène jazz pour envoûter son public : le pianiste Carl-Henri Morisset, virtuose au toucher de velours,  Clément Daldosso, champion de la contrebasse, Samuel Laviso, batteur de talent et l’incroyable trompettiste Hermon Mehari, certainement l’un des plus brillants de sa génération.

Dare that Dream, un album doux comme une caresse  

Dès les premières notes jouées, dès les premières paroles chantées, on sait. On sait qu’on est en train d’assister à un moment unique, beau, intemporel. La salle du Bal Blomet est pratiquement comble, le public s’est rué pour applaudir la nouvelle voix de la scène jazz et ses talentueux musiciens.

Le grain de voix d’Estelle Perrault est à la fois chatoyant, charmant et suave. Au fil de ses chansons, on l’observe osciller entre nostalgie et espoir, avec dans son phrasé, dans son timbre, une douceur irrésistible, pleine de poésie et de délicatesse. C’est voluptueux, élégant, soyeux. 

Son Quartet est un régal musical, on se délecte de chaque note, chaque accord. L’ensemble est un délice d’harmonies avec, cerise sur le gâteau, le souffle d’Hermon Mehari dans sa trompette. Beauté majestueuse. Elégance raffinée. Sensibilité exacerbée. Le résultat est tout simplement exquis. 

Tous les titres de l’album sont des petits bijoux qu’on savoure en live : Yesterdays (Jérôme Kern) et You must believe in Spring (Michel Legrand) sont deux très jolies reprises aux arrangements flamboyants que le Quintet nous sert divinement. Les six autres morceaux sont des compositions, dont la chanteuse signe les paroles et quatre mélodies. 

Flower Blossom, Dreams Comme True, So Nice : des morceaux aux titres évocateurs, porteurs d’espoir, de renouveau, de beauté, d’amour. Chaque titre raconte une histoire. Chaque chanson évoque une ambiance, un climat doux, velouté, diapré. 

Une soirée tout à fait ravissante.

 

Visuel : (c) MS

Estelle Perrault, chant

Carl-Henri Morisset, piano

Clément Daldosso, contrebasse

Samuel Laviso, batterie

Hermon Mehari, trompette (invité)

Au Bal Blomet le 25 novembre 2021, 20h

Injustice environnementale, vers un nouveau profil du musée d’ethnographie
Jacques Schiffrin, le fondateur de la Pléiade par Amos Reichman
Geraldine Elbaz
Passionnée de théâtre, de musique et de littérature, cinéphile aussi, Géraldine Elbaz est curieuse, enthousiaste et parfois… critique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture