Jazz
[Chronique] Les « Illusions » rock d’Ibrahim Maalouf

[Chronique] Les « Illusions » rock d’Ibrahim Maalouf

15 novembre 2013 | PAR Amelie Blaustein Niddam

maalouf illusions

[rating=3]

Une troupe de cirque blasée où au centre, se trouve le trompettiste Ibrahim Maalouf, entouré de cinq personnages dont une petite fille, aux allures énervées. Mais pour ce (déjà ) cinquième album, le message est clair : les Illusions sont trompeuses, et ce n’est pas parce qu’il vient d’être lauréat de la victoire du Jazz qu’Ibrahim devrait faire… du jazz !

A écouter d’un trait, Illusion surprend, alors que Wind était un opus 100% jazz new yorkais le précédent, Diagnostic ouvrait sur le piano d’une berceuse, « Lilly », le trompettiste n’en finit pas de surprendre. Le ton est rock et l’instrument dominant, malgré la présence de quatre trompettes, est la guitare, à tendance électrique. Le son est spectaculaire, digne de la bande son d’un film de Tarantino, oscillant entre funk, rock et grunge.

Dans le détail, on passe de la colère à la tendresse, avec au centre des discussions houleuses. Les Illusions s’ouvrent sur la douceur d’une guitare rock en mode ballade qui finira par un hurlement quand « L’Illusion » deviendra plurielle. On sent la haine grimper pour un « Conspiracy Generation » faisant la transition rock- jazz avec des boucles très cinématographiques. Il faut attendre, pour qu’ enfin arrive, en quasi solo, la trompette au son si particulier, 4 pistons obligés d’Ibrahim, tendrement appuyés par une ligne de basse et un doux riff électrique, dans la liberté d’une expression qui ne se laisse pas enfermer dans une durée imposée. Le morceau dégage une noirceur désabusée.

Avec cet album, Ibrahim Maalouf joue les allers-retours efficaces puisqu’ on ne sait jamais ce qui viendra nous surprendre avec le morceau suivant. « Inpressi » fait dialoguer les trompettes dans le refrain entêtant de la discussion amicale et constructive. « Nomade Slang », plus aérien, puise dans la samba pour nous élever vers plus de légèreté, et avec Busy, on entre dans la lenteur par l’unisson de la trompette, de la batterie effleurée et de la guitare dans un même geste de tranquillité, on retrouve ici, la loi du marcheur d’Ibrahim Maalouf, ressentie dans son tube « Beirut ». « Busy », ce sont dix minutes d’un voyage nocturne, sublime, qui aura sa part de heurts.

Le calme revenu, l’émotion peut se déployer dans une énergie sereine, « If You Wanna Be A Woman » nous entraîne dans un son qui aurait pu être pensé par le malien Vieux Farka Touré, Encore une cassure ici, puisque la rapidité se fait reine dans un empressement propre à accompagner une course trépidante. « Unfaithful » se place dans la même énergie, et on a du mal à l’accepter, mais oui, oui ce titre nous en rappelle un autre, bien loin de l’univers du trompettiste, un autre « Unfainthful », plus lent et plus pop : celui de Rihana… Bientôt une collab’ ?! Cette version explose la première en y mettant toute l’énergie d’un big band.

Reprendre du Rihana, cela mérite bien une excuse, offerte dans « True Storry », qui en apparence clôt l’album. Une ballade très 90?s aux limites du slow grunge, notre coup de cœur absolu.

Mais ce qui est bien avec l’illusion, c’est qu’elle peut se poursuivre, alors, attendez, un hurlement rock pourrait bien venir vous arracher les tympans !

Étonnantes et détonantes, ces illusions là sont bien réelles.

L’équipe :
François Delporte : Guitarres
Frank Woeste : Keyboards
Laurent David : Basse
Xavier Rogé : Batterie
Youenn Le Cam : Trompette
Martin Saccardy : Trompette
Yan Martin : Trompette Lead

Illusions (Mi’ster Productions), sortie le 5/11/2013
En concert : le 24 mars 2014 à l’Olympia

 

Gagnez 2 places pour le concert de Night Riders à l’Espace B le 19 novembre
Fête de la Sainte Barbe 2013 aux Invalides à Paris
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *