Musique
Jazz : Yaron Herman en Concert au Sunset

Jazz : Yaron Herman en Concert au Sunset

04 mars 2011 | PAR Claire Linda

Découvert dans le squat de la rue de Rivoli, Yaron Herman est en train d’affoler le monde du jazz par son grand talent, sa vélocité, son sens de l’harmonie et de l’improvisation. Le Sunside peut être fier d’avoir eu le flair de le programmer il y a plus de huit ans. Il sera en concert exceptionnel le 5 mars 2011, l’occasion de revenir sur son parcours  :

Alors qu’un accident lui interdit définitivement une carrière de sportif de haut niveau Il fait ses débuts à 16 ans avec le célèbre professeur Opher Brayer (musicien de jazz, enseignant la musique à partir de la philosophie, les mathématiques et la psychologie) Yaron Herman est à présent un pianiste accompli. Parallèlement à ses études de philosophie à l’université de Tel-Aviv, le jeune musicien fait preuve d’une grande virtuosité et une liberté de jeu exceptionnelles. L’expression souvent galvaudée de jeune prodige convient parfaitement au pianiste qui se produit rapidement dans les plus grandes salles de concerts israéliennes. A 19 ans, il part à Boston étudier à la Berklee School of Music, mais au bout de deux mois, ce passionné de philo et de maths, curieux par nature, se sent à l’étroit dans un milieu trop compétitif. Il décide alors de rentrer dans son pays natal et fait une escale à Paris où, au cours d’une soirée, il rencontre des musiciens et se fait engager sur le champ. Récompensé par le trophée Nouveaux talents de la célèbre salle jazz parisienne le Sunside, il sort son premier disque Takes 2 to Know 1′ avec le batteur Sylvain Ghio en 2002. Trois ans plus tard, il reçoit les deux prix du concours de la Défense, en soliste et avec le groupe Newtopia. En résidence au château de la Borie, le pianiste enregistre son premier album solo, intitulé ‘Variations’. Musicien inspiré aussi bien par Coltrane, le folklore traditionnel de ses origines, Björk et les Beastie Boys, Yaron Herman a développé une théorie de l’improvisation, la ‘real time composition’, sur laquelle il a donné des conférences à la Sorbonne. En 2007, il publie un nouvel opus enregistré en trio, avec Matt Brewer à la contrebasse et Gerald Cleaver à la batterie, ‘A Time for Everything’. Salué par le public et par la critique, l’album Muse et une merveille et le soyeux Follow the White Rabbit installe définitivement Yaron Herman à une place de choix dans l’univers du jazz actuel.

Yves Saint Laurent rive gauche- La Révolution de la Mode
L’Union Européenne menace de retirer son soutien au cinéma, pétition du cinéma de l’animation
Claire Linda

2 thoughts on “Jazz : Yaron Herman en Concert au Sunset”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *