Musique

Jazz sous les pommiers dans le top 5 des grands festivals de Jazz

14 mai 2010 | PAR Amelie Blaustein Niddam

500 musiciens professionnels, 1100 amateurs, 416 membres de l’organisation dont la moitié sont bénévoles. Tout ce beau monde transforme Coutances, Manche, 10.000 habitants en une fête massive où les jus de fruits se sirotent sur fond de Jazz Band. Néanmoins le festival cherche toujours à démocratiser son accès en faisant venir ceux qui pensent à tord que « ce n’est pas pour eux ».

Installer le jazz dans le territoire de la Manche

 

Gérard Collet, organisateur de la première heure explique « cela fait 29 ans que le festival existe mais il a pris une ampleur massive seulement récemment». Ce phénomène tire peut être son explication de quelques initiatives inventives et brillantes.

Sur les 65000 visiteurs du festival 35000 sont payants. Chiffre record, mais comment faire plus ? Le public de Jazz sous les pommiers est composé à 70% de Manchois alors que les programmateurs viennent même de Pékin faire leur marché au pied de la cathédrale mi romane-mi gothique. Comment attirer un public plus large ?

Cette année, les organisateurs ont eu l’excellente idée de faire de « Dimanche en Fanfare », évènement traditionnel du festival,  un temps d’ouverture. Au tarif de 7 euros pour les adultes, 3 euros jusqu’à 20 ans, les festivaliers d’un jour peuvent «pousser la porte du théâtre » et ainsi ne plus être qu’un passant mais amateur payant sa place. En parallèle a eu lieu dans la grande salle un « concert lycéen » qui accueille plus de 1500 lycéens venus de 25 établissements.

Des partenaires nombreux avec en tête le Conseil Général, des sponsors de haute qualité, notamment France 3 et France Inter ont permis un travail de communication plus ample et réussi. L’année prochaine, le festival fêtera ses 30 ans, l’occasion pour les organisateurs d’ouvrir la petite pomme à un plus grand public.

A suivre.

Jazz sous les Pommiers, Coutances, jusqu’au 15 mai.

La saison 2010/2011 des Amandiers – Nanterre
2ème jour cannois pour la Toute Jeune critique
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

One thought on “Jazz sous les pommiers dans le top 5 des grands festivals de Jazz”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *