Musique
Jazz : Interview de Jeremy Pelt

Jazz : Interview de Jeremy Pelt

07 mars 2011 | PAR Neil Saidi

Neil Saidi: Comment décrirais-tu ta musique ?
Jeremy Pelt: Tu vois, ce qui est amusant c’est que plus j’avance dans ma carrière et moins j’essaye de la décrire parce que finalement ce n’est pas à moi de donner une description pour les autres, tu vois ce que je veux dire ? Je ne veux pas décrire ma musique parce que cela pourrait biaiser la manière dont tu la perçois. Évidemment on peut dire des choses du genre c’est du Straight-ahead jazz ou du Hard Bop, mais ce serait coller des étiquettes. Si je devais donner une description ce serait juste de la bonne musique.

N.S: Qu’est-ce que tu veux apporter aux gens à travers ta musique ?
J.P: Je voudrais que les gens apprécient vraiment ma musique, qu’ils apprécient ce que je leur offre, et si j’arrive à faire en sorte que ce soit le cas, alors c’est bon.

N.S: Quel genre de musique tu écoutes en dehors du Jazz ?
J.P: Eh bien, il y a différents genres de musique que j’apprécie par exemple j’aime bien écouter du vieux R&B, également de la musique brésilienne ou encore du rock. Il m’arrive d’écouter du Jazz européen, je ne pourrais pas te dire quels artistes mais j’en écoute. Tu sais il y a tellement de choses géniales à écouter, on n’a jamais fini !

N.S: Quels sont tes projets pour le futur ?
JP: Il y a quelques projets au sujet desquels je préfère garder le silence pour le moment, et plus particulièrement en ce qui concerne mon prochain enregistrement. Ce que je peux dire c’est que ce groupe va continuer de tourner. J’ai aussi toujours en tête ma formation électro « wired » que j’essaye de développer encore et encore.

N.S: Comment composes-tu ta musique ? Tu préfères être seul ou travailler directement avec tes musiciens ? D’où tires-tu ton inspiration ?
J.P: En général je suis seul quand je compose. Et le lieu dans lequel je me trouve a une grande influence sur mes compositions. Tu vois par exemple si je suis dans un bus, dans un train ou un endroit particulier, alors ce qui me vient à l’esprit en dépend, j’essaye alors de l’écrire et de m’en servir.

N.S: Quelle est selon toi la clé du succès ? C’est plus le talent, le travail, la c hance ?
J.P: C’est toutes ces choses à la fois. C’est également la ténacité, la persévérance. Bien sûr tu dois avoir du talent c’est le point de départ, tu vois ce que je veux dire ? Mais cela nécessite aussi une importante discipline tu sais, il y a tellement de musiciens talentueux, qui malheureusement ne réussisent pas autant qu’ils le souhaiteraient. C’est pour ça que que tu dois te projeter et te fixer des objectifs. Beaucoup de personnes ne se donnent pas les moyens de réussir, tu les entends dire « Oh j’aimerais pouvoir jouer comme ça, j’aimerais pouvoir faire ci, j’aimerais pouvoir faire ça » mais derrière le travail ne suit pas. Tu dois pouvoir te donner des objectifs et les atteindre.

N.S: Donc si tu avais un conseil à donner aux jeunes musiciens ce serait d’avoir une vision sur le long terme ?
J.P: Absolument. Tu dois être capable de t’imposer une discipline de fer, mettre les points sur les « i » et t’organiser sérieusement, avoir la volonté d’apprendre les choses que tu aimes, ce qui représente beaucoup de travail, accepter que tu ne pourras jamais tout connaître et encore une fois tu dois t’imposer une discipline de fer qui te permettra de continuer à avancer, à ne pas te reposer sur tes lauriers.

N.S: Qu’est-ce que tu penses de la campagne de Wynton Marsalis contre le Rap ? Tout ça n’est pas un peu exagéré ?
J.P: Sérieusement il a officiellement lancé une campagne ?!

N.S: Non non pas officiellement, mais on trouve beaucoup de vidéos sur le net dans lesquelles il critique le rap.
J.P: Oui je vois de quoi tu parles. Tu sais le truc avec Wynton c’est qu’il fait partie de la nouvelle génération tu vois ? Et souvent il se comporte comme s’il était quelqu’un de plus agé, il va fêter quelque chose comme ses 50ans cette année et la plupart des pionniers du Rap ont à peu près le même âge tu vois ce que je veux dire ? Donc ce n’est pas comme s’il venait d’une génération antérieure au Rap c’est important de le mentionner. Comme beaucoup de gens le savent, il est vraiment impliqué dans la diffusion du jazz et surtout auprès des jeunes. Le truc c’est qu’il s’y prend de la mauvaise manière, du moins c’est ce que je pense. En faisant cela il n’attirera que les personnes qui ont déjà un interêt pour le jazz tu vois ? Un môme de 12 ans, qui écoute du jazz depuis qu’il est tout petit et qui rencontre Wynton Marsalis ça donne un truc du genre « Waaaaaa c’est pas vrai j’y crois pas Wynton Marsalis !! » et donc c’est facile pour Wynton de parler de jazz à des jeunes comme ça. Mais si t’essayes de convertir un jeune de 12 ans qui a l’habitude d’écouter du rap en lui disant « Tu sais mon petit, le rap c’est de la merde » ça ne va pas fonctionner. C’est contre-productif. Ce qu’il faut faire c’est mettre en avant les similarités et les intégrer, c’est d’ailleurs ce que beaucoup de musiciens font. Regarde Roy Hargrove, il intègre des éléments de Hip Hop dans ses nouvelles musiques, tous les musiciens de cette génération essayent d’intégrer des élements nouveaux. Je suis pas réellement fan de Hip Hop tu sais, mais ce n’est pas pour autant que je n’aime pas cette musique. J’écoute plus de rock. Je pense qu’on fait tous des choses qui sont en rapport avec la génération au sein de laquelle on a grandi. Je pense que si tu veux que ta musique attire les gens tu dois faire quelque chose d’actuel, et Wynton se tire une balle dans le pied en tenant de tels propos. Ce que je vais dire va peut-être paraître naïf mais cette jeune génération va devenir la prochaine génération de musiciens, tu vois ce que je veux dire ? Les trucs du genre Lincoln Center et tout ça ce sont des institutions qui sont financées par des personnes d’un certain âge qui souhaitent préserver une certaine tradition. Et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle Wynton en est le représentant, et il le mérite, c’est quelqu’un de talentueux et de charismatique. Mais quand ces gens finiront par disparaître, ce à quoi personne ne peut échapper, la nouvelle génération ne sera pas la même et c’est pourquoi je pense que Wynton ferait mieux d’intégrer toutes ces nouvelles composantes, pour que le Lincoln Center soit représentatif d’un héritage et qu’il continue de rayonner bien après sa mort. Chacun est en droit d’avoir sa propre opinion et si Wynton n’aime pas le rap et bien ma foi il n’est pas obligé d’aimer ça. Je n’émettrai jamais de jugement en disant qu’il se trompe de ne pas aimer cette musique. Mais étant donné qu’il est un musicien assez exposé je pense que c’est vraiment contre-productif de dire ce genre de choses, surtout quand tu essayes de séduire cette génération tu vois ce que je veux dire ?

N.S: Oui je vois, et dans ce cas comment vois-tu l’évolution du jazz durant les prochaines décennies ?
J.P: Je crois que l’évolution du jazz est tout simplement en train de se dérouler. Tu sais, il se joue plein de choses qui ne sont pas forcément très médiatisées et malheureusement c’est comme ça. Mais quand même, le fait que cela se fasse est une bonne chose pour le jazz. Je pense qu’on ne peut pas dire dans quelle direction va le jazz aujourd’hui, c’est une question à laquelle je ne peux pas vraiment répondre et dire : « Oh je pense que le jazz va dans telle ou telle direction ».

 

Pour les anglophones voici la version originale de l’interview :

N.S: How can you describe your music ?

J.P: You know, the funny thing is that, the more that I get into playing the less I try to describe it because, it is ultimately not up to me to put an image on it to get it for you, you know what I mean ? I don’t wanna describe the music because that would maybe skew your concept of music, so I never do that. And really, at this point, I don’t need to konw how to describe it, I mean, there is a direct way to do that, calling it Straight Aheaed or Hard Bop but this is labeling. If you want to live it as a description I would say that it is just good music.

N.S: What do you want to bring to people through your music ?

I think I’d like people to really enjoy the music, I want people to really enjoy what they are listening to and if I can get that then that’s beautiful.

N.S: What types of music do you like to listen to ?

J.P: Well, there are many different types of music that I like, for example I like to listen to old R&B songs, brazilian music and also rock. Every once in a while I listen to European Jazz, I can’t tell you the artists but I do listen to it. But you know, there are so many great things to listen to out there, you’re never done.

N.S: What are your projects for the future ?

J.P: Well, there are a couple that I don’t want to talk about just yet, especially with regards to the next record. But this band will still be working and my electric band « wired » is something that is always in the back of my mind and something that is always being developed.

N.S: How do you compose your music, how do you get your inspiration ? Do you work with your bands or alone ? Do you try to find new material while your on stage ?

J.P: I’m usually by myself when I compose a song, and where I am particularly might change from song to song. You know if I’m in a bus or in a train or some particular place then what comes to my mind is different and I try to write it down and use it.

N.S: According to you, what is the key to success ? Is that talent, work, chance, opportunities ?

J.P: That’s all of that. It is… tenacity… It is…Well… You have to have a talent that’s where it starts, you know what I mean ? But it also gotta be a strong work ethic because there are many talented people that, you know, probably aren’t as successful as they wanna be. You have to envision where it is that you wanna be, that’s where it starts. So I mean, there’s a lot of people that are simply staying around and that are like : »Ooh I wish I could do that and I wanna do this and I wanna do that » but they don’t have the follow-through, you have to have the long vision of successing, and actually attain it.

N.S: So if you had a piece of advice to give to young musiciens that would be that long-run vision ?

J.P: Yeah totally, you have to have, especially with young musicians. You have to be able to have a strong work ethic, you have to get your shit together you know (laughters), be determined to learn what you don’t know, which is a lot, accept that you’re not going to know everything, and again you have to have the work ethic to keep moving forward, keep driving, don’t be comfortable.

N.S: What do you think about Wynton Marsalis’ campaign against RAP music ? Don’t you think that it is a little bit exaggerated ?

J.P: Really he officially started a campaign ?

N.S: No no, but I mean, there are several videos on the internet in which you can see him say that kind of things.

J.P: Yes I know what you mean. You know the thing about it is that, especially with regards to Wynton, he comes from that era, you know ? And a lot of time he acts like he is older than he is, which isn’t to say that he is particularly young but he is basically midlife, I mean he is probably 50 years old this year and most of the rappers that started rapping are like 50 years old you know what I mean ? So it’s not like his generation is above where rap music comes from, and that’s one thing to remember. But you know, Wynton, as many people know, is very involved in getting young people onto jazz music. The problem is that I’ve always noticed that he goes about it the wrong way, I mean, I feel like he goes about it the wrong way, because that generation is gone. He will attract people that already have an interest in jazz you know ? If you’re twelve years old and you’ve been growing up with that music and you already have an interest in that music and then you meet Wynton Marsalis you’re gonna be like : « Oh my god I can’t believe it Wynton Marsalis ! » and then it’s easy for him to talk to you about jazz because you already have that bug in you. But if you try to convert somedy that is eleven or twelve years old from hip hop to jazz and you’re saying: « Man, rap is a bunch of garbage » it’s not gonna work. It’s counterproductive. The way to do it is to point out the similarities and integrate it, and that’s what everybody is doing. I mean, now you see Roy Hargrove doing stuff with Hip Hop, everybody of that generation is integrating new elements. I don’t necessarily do a whole bunch with Hip Hop you know. It doesn’t mean I don’t like Hip Hop. I mean I like a lot of things, rock music and all that types of shit.You know I think we’re all doing stuff that has something to do with the generation we grew up in. So I mean, you need to do something that is current to attract people and Wynton is shooting himself in the foot by going on a tirade against it because really, and that’s gonna sound cheesy, but this generation is gonna be the next generation of people involved in the music you know what I mean ? Lincoln Center and everything is not backed by young people. That money comes from old people that want to preserve the music and that is why Wynton is there as the person that is the figured head of it. He does deserve to be there, he is talented, charismatic and all that, but when those people eventually expire, which everybody does, the next generation is not gonna be the same type of people so he’d be smart to integrate all that, so that Jazz at Lincoln Center continues to shine years and years after he dies. So that it can set up a legacy, so it doesn’t just stop, you know. Everybody is entitled to have an opinion and if Wynton doesn’t like it, well… he doesn’t have to, and I’m never gonna say he’s wrong for not liking it but as somebody that is visible it is really counterproductive to be talking like that when you’re trying to entice that generation you know what I mean ?

N.S: Yes I see, then how do you see the evolution of jazz music in the next few decades ?

J.P: Well I think the evolution of jazz is happening now, you know there’s a lot of stuff happening that doesn’t get a lot of press, unfortunately it is what it is but still those things are happening all the time and that’s a good thing for jazz. But you can’t tell where it is going so a question like that is a thing that I can’t fully answer and say « Oh jazz is going this way or this way ».

N.S: Last question now, I know that you live in NY so I’m sure that you’ve heard of Carmelo Anthony’s recent trade that joined the basketball team, are the Knicks gonna be back ?

J.P: I tell you the truth, I’m embarassed to say that but I’m actually not that big of a basketball fan. If you wanted to talk about american football then we could have talked about it. But you know what, you should ask my pianist Danny he is a real basketball fan : « Danny ! Danny come on ! »

Danny : Oh I think they need three years, they need other players. They need a point guard or another big man if they want to do something you know.

NS: But there’s Amare Stoudemire !

Danny: Yeah he’s not a big man..(Laughters)

J.Pelt:  See ? I couldn’t have answered that ! (Laughters)

 

 

Programmation de la Mouv’ Party du 16 mars
Dimoné à l’Espace Jemmapes les 9, 10 et 11 mars 2011
Neil Saidi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *