Musique
Jazz: « Hommage à Charlie Parker » au Sunset

Jazz: « Hommage à Charlie Parker » au Sunset

11 mai 2011 | PAR Neil Saidi

Samedi 30 avril Géraldine Laurent (sax alto), Manu Codjia (guitare) et Christophe Marguet (batterie) font revivre la musique du « Bird » dans les murs du Sunset.

 

Une formation pour le moins originale pour nous interpréter la musique de Parker, puisque vous l’aurez constaté, pianiste et contrebassiste ne seront pas au rendez-vous. La musique de Parker est sans doute une des musiques qui a le plus marqué le XXème siècle. C’est dans un club d’Harlem, le Minton’s Playhouse, que le Be-Bop a vu le jour au début des années 40, porté par des musiciens tels que Thelonious Monk, Dizzy Gillespie, Kenny Clarke, Charlie Christian et bien sûr Charlie Parker. 70 ans plus tard, cette musique n’a pas pris une ride, toujours aussi riche, puissante et généreuse. Son approche nouvelle de l’harmonie, de la mélodie et du rythme, marque une révolution pour l’époque et influencera toutes les générations futures. Nombre de ses thèmes deviendront des standards, parmi ceux-ci on peut citer « Confirmation », « Blues for Alice », « Au Privave » ou encore « Ornithology ». Malgré sa mort prématurée en 1955, Parker a laissé une trace indélébile dans l’Histoire du Jazz, rien ne sera plus jamais pareil. Il y a un avant Bird et un après Bird.

 

Samedi soir trois pointures du Jazz français nous réinterprèteront cette musique telle qu’ils la ressentent. Manu Codjia, ancien élève du CNSMDP, il remporte en 1999 le prix du meilleur soliste du festival de Jazz de la Défense ainsi que le prix de meilleur groupe en tant que membre du trio du saxophoniste Matthieu Donarier. Il a collaboré avec des artistes comme Erik Truffaz, Daniel Humair ou Henri Texier et plus récemment a publié un album en trio sur le label Bee Jazz intitulé « Covers », en compagnie du contrebassiste Jerôme Regard et du batteur Philippe Garcia. Le trio se produira d’ailleurs vendredi soir au Sunset.

Géraldine Laurent, lauréate du prix «Révélation Jazz » à Juan, et du « Django d’Or » jeune talent, tous deux remportés en 2006, qui s’impose indiscutablement comme l’une des meilleures saxophonistes de la scène jazz française. Son dernier album sorti en septembre 2010, « Around Gigi », fait déjà l’unanimité.

Et enfin Christophe Marguet, il se voit attribuer en 1995 le premier prix d’orchestre et le premier prix de composition du festival de Jazz de la Défense et reçoit en 1997 le « Django d’Or » (révélation espoir français). Christophe Marguet se produit régulièrement en compagnie de son quartet formé par Sebastien Texier (saxophones), Mauro Gargano (contrebasse) et Bruno Angelini (piano) avec lequel il sort en 2008 l’album « Itrane » (qui signifie « étoile » en kabyle), un album qui obtient le « choc de l’année 2008 » chez Jazzman.

 

Au fait, saviez-vous pourquoi Charlie Parker était-il surnommé « Bird » ?

Aussi étonnant que cela puisse paraître, ce surnom n’a rien à voir avec le jeu de Parker. Ce n’est pas parce qu’il jouait avec la légèreté de l’hirondelle ou la fulgurance de l’aigle, mais tout simplement parce qu’il adorait le poulet !

Ramata, le premier et dernier film de Katoucha Niane
Sweeney Todd, une tuerie au Châtelet…
Neil Saidi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *