Musique
Jazz : Géraldine Laurent et Laurent De Wilde en Concert au Sunside les 3 et 4 mars

Jazz : Géraldine Laurent et Laurent De Wilde en Concert au Sunside les 3 et 4 mars

22 février 2011 | PAR Claire Linda

Quand on sait le nombre de femmes dans cet univers largement dominé par la gente masculine, on ne peut qu’admirer le talent et le travail de la lauréate du prix « Révélation Jazz » à Juan, et du Django d’or jeune talent, tous deux remportés en 2006. En effet, les femmes instrumentistes qui réussissent à s’imposer en tant que leader se comptent sur les doigts de la main. Parmi elles on peut citer la saxophoniste Sophie Alour, la batteuse Anne Pacéo, la contrebassiste Hélène Labarrière ou encore la pianiste Sophia Domancich.Pour ceux qui ne la connaitraient pas encore, je vous laisse découvrir l’histoire de la pianiste et saxophoniste Billy Tipton, de son vrai nom Dorothy Lucille Tipton, qui toute sa vie s’est faite passer pour un homme pour pouvoir vivre de son art.

Pour notre plus grand plaisir, deux fortes personnalités du jazz français, la saxophoniste Géraldine Laurent et le pianiste Laurent de Wilde se produisent en quartet au Sunside les jeudi 3 et vendredi 4 mars.

Géraldine Laurent s’impose indiscutablement comme l’une des meilleures saxophonistes de la scène jazz française. Elle sort un premier album intitulé « Time out Trio » en 2007, accompagnée de Yoni Zelnik à la contrebasse et de Laurent Bataille à la batterie. Du jazz comme on l’aime, Géraldine reprend des thèmes de Wayne Shorter, Charles Mingus, Ornette Coleman. Un phrasé qui ne ment pas, qui respire l’aisance et l’assurance, elle vole les yeux fermés au dessus des lignes rythmiques que lui offrent ses deux acolytes. Son dernier album sorti en septembre 2010, « Around Gigi », fait déjà l’unanimité. Cet album est un hommage à Gigi Gryce, saxophoniste alto qui joua aux côtés des plus grands musiciens de jazz au cours des années 50 et qui mit subitement fin à sa carrière en raison de problèmes personnels. Par la suite, Gigi Gryce se convertit à l’Islam, et finit sa carrière en tant qu’instituteur. Géraldine Laurent reprend certains de ses thèmes, qui sont devenus des classiques de la période Hard Bop, comme par exemple « Minority », « Smoke Signal » ou encore «Nica’s Tempo », une composition dédiée à la célèbre marraîne et mécène des jazzmen dans les années 50 et 60, mélomane au grand coeur, la baronne Pannonica de Koenigwarter.


Quant à Laurent de Wilde, un des pionniers de l’electro-jazz français, également célèbre pour sa biographie de référence sur le pianiste Thelonious Monk, il vient de nous délivrer son dernier projet, le fruit d’une collaboration avec Dominique Poutet a.k.a OTISTO23 sur un instrument peu commun: l’ordinateur. Les deux musiciens n’en sont pas à leur première collaboration puisqu’en 2007 avait vu le jour l’album « PC Pieces » un dialogue entre piano et ordinateur. « Fly! », c’est le nom qu’ils ont choisi de donner à leur dernier album, une dédicace à ce fabuleux animal qu’est la mouche. Les règles du jeu sont simples: un piano et un ordinateur qui le traite en direct. Les deux musiciens retravaillent en profondeur la pâte sonore. Ils la nouent, l’étirent, la coupent, la renversent, la compressent, la roulent, la cuisent. Ces deux créateurs explorent des mondes jusque là inconnus et font naître une esthétique nouvelle à travers une musique résolument novatrice et percutante  !

Par Neil Saidi

 

Le travelling festival de Rennes Métropole lance une pétition contre la décision de dedier l’année du Mexique à Florence Cassez
House : La soirée High Night débarque au Nouveau Casino le 18 mars
Claire Linda

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture