Musique

[Interview] Saori Jo : Je suis hyper émotive

[Interview] Saori Jo : Je suis hyper émotive

01 mars 2013 | PAR Arnaud Berreby

Bienvenue à la strasbourgeoise Saori Jo, qui vient de sortir son premier album intitulé 2.17 AM(Cosmopolite Record) car la dernière note de cet opus, enregistré à la maison, a été gravée à cette heure matinale précoce. Rencontre.

Bonjour Saori, je suis ravi que vous répondiez à quelques questions pour toutelaculture.com. Tout d’ abord qu’elles sont vos motivations à sortir un premier album ? Pourquoi en anglais?

J’adore la scène, l’album est pour moi son prolongement, pas l’inverse. J’ai fait vivre mes chansons sur scène avant de me décider à sortir ce premier album. D’ailleurs, on croit souvent que sans album il est difficile d’exercer ce métier, c’est faux. Nous avons pu tourner non seulement en France mais également dans d’autres pays européens, et notamment fait 3 tournées consécutives en première partie de Jethro Tull. C’est à la suite de ces évènements que la sortie de l’album est devenue inévitable pour satisfaire tout d’abord un public qui nous suit, mais aussi pour sceller une étape.

Le choix de l’anglais s’est imposé naturellement étant une citoyenne du monde, j’ai de multiples origines. Je n’ai pas vraiment démarré ma carrière en France. J’ai chanté dans d’autres pays avant de dévoiler mon album dans mon pays natal. Permettre au public de comprendre mes textes est très important pour moi. Il est plus facile de traduire de l’anglais que du français pour quelqu’un qui vit en Allemagne par exemple.

Quelles sont vos madeleines de Proust musicales ?

Je suis une hyper émotive, il suffit que j’entende une musique qui me ramène à mon enfance pour que la charge émotionnelle m’emporte. Et ce parce que la musique m’a bercée et a toujours accompagné ma vie dès mon plus jeune âge, lors de moments privilégiés avec mes parents, par exemple. Il n’y a pas une chanson particulière mais plusieurs. Pour n’en citer que quelques-unes : »San Francisco » Scott Mc Kenzie,  » The boxer » Emmilou harris, « Everybody loves somebody » de Dean Martin, mais aussi « Natural Mystic » de Bob Marley « Cocaine » J.J Cale ou « Echoes » de Pink Floyd ou encore « Hurricane » de Bob Dylan… Toutes évoquent des sentiments très profonds.

Comment s’est faite votre rencontre avec Ian Anderson ? Est- ce que les musiciens qui ont participé à l’enregistrement tournent avec vous ?

Notre ex-manager en Allemagne était le Tour-Manager de Jethro Tull. Il nous a permis de rencontrer le groupe  légendaire et son flutiste charismatique. Ian Anderson nous a offert la possibilité de les suivre sur 3 dates au départ qui se sont très vite transformées en plusieurs tournées en Allemagne, en Angleterre et en Ecosse, mais cà , c’est une très longue histoire. Il se trouve qu’il m’a demandé lors de notre première rencontre si  j’étais ok s’il venait nous rejoindre sur un de mes titre (Nous faisions leur première partie en duo avec Miguel Ruiz à la guitare) . Il avait eu mon cd l’avait écouté c’était un 4 titres sur lequel il y avait « Fairy World ». C’est comme cela que l’histoire de cette chanson est née. Le lendemain c’est tout le groupe qui nous rejoignait et ce durant tous les concerts qui suivirent. Nous partagions la scène sur 3 chansons avec eux.

http://www.youtube.com/watch?v=UvkJDB9vJys

http://www.youtube.com/watch?v=f97oRpv_lb4

Ian Anderson a enregistré sa partie flûte sur l’album ainsi que John O’hara son accordéon durant la tournée.

Composez- vous plutôt au piano ? Guitare ?

Le piano est l’instrument qui me permet de m’exprimer totalement. La guitare qui n’est pas mon instrument premier, m’apporte un autre point de vue dans la composition.

Où puisez- vous l’inspiration pour vos textes ? Chanterez-vous un jour en français ?

Je puise mon inspiration dans l’actualité qui offre des sujets plus que de raison, mais également chez les gens qui m’entourent. Je pratique la méditation en laissant défiler mes idées dans un moment de calme ou en marchant. Des fois c’est la musique qui m’inspire le texte.

J’aime partager l’écriture. Sebastien Moullier et Aram Papazian ont partagé l’écriture des textes de cet album. J’aime beaucoup mettre les mots des autres en musique car c’est une source d’inspiration pour ma musique qui s’articule d’une toute autre manière que si je composais avec mes paroles.

Je n’exclus pas de chanter en français ni en italien ou en espagnol. je sais qu’une partie de ma famille aimerait beaucoup m’entendre chanter en italien.

De quoi parle le single « Some chocolate »

La chanson parle de l’urgence d’être soi et de reprendre le contrôle de sa vie au moment où cela devient plus que vital. Aussi il faut oser et  ne pas se laisser emprisonner dans des limites fixées par d’autres et des peurs qui ne nous appartiennent pas.

Mettre des couleurs dans sa vie quand tout devient gris, c’est reprendre le contrôle de sa vie !

Y a-t-il une tournée prévue ? Quelles régions sont concernées ?

Nous sommes en train de programmer cette tournée, je n’ai pas toutes les dates. La liste des concerts sera publiée au fur et à mesure sur le site www.saorijo.com

Qui aimez-vous dans le paysage musical français ou international ?

Elbow, Archive. J’écoute rarement de la musique bizarrement. J’aime écouter de la musique ethnique.

Bonne chance pour la suite, nous avons beaucoup aimé votre album,  au plaisir de vous rencontrer !

Merci à Vous !

 

Critique : Week-end Royal, comédie (romantique) du pouvoir avec Bill Murray en Roosevelt
H&M gagne ses lettres de noblesse en défilant aux Oscars

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *