Musique

Interview : La Casa, la scène avant tout…

01 février 2009 | PAR marie

Les deux musiciens de La Casa, Jef et Pierre  ont fait ces dernières semaines le tour des ondes pour lancer  Les trucs abîmés, leur album « folk-rock« . Tout droit venus de Saint Denis de Gastines en Mayenne, les deux vieux amis ont vécu leur séjour à Paris comme « une bouffée d’air ». Ce premier album est, pour ces deux musiciens qui sont déjà passés sur bien des planches (de scènes), l’aboutissement d’un long rêve. Pour Wagram, c’est l’occasion de lancer son nouveau label, « 3ème bureau ».

La Boîte à sorties les a rencontré. Pierre (avec les lunettes) est l’homme à la voix de Cali, c’est lui qui écrit. Jef compose et arrange. Les voici, une fois n’est pas coutume, photographié dans un environnement urbain :

la-casarue

Crédit photo : La Boîte à sorties 

 La Boîte à sorties : D’où vient « La Casa » ?

 Pierre : La Casa existe depuis trois ans et nous vivons de notre musique depuis un an.  Le nom est venu de notre dernière collocation, que nous avions baptisée « La casa de la Felicidad ». Notre studio était dans la cave de cette collocation.

 La Boîte à sorties : Pourquoi un nom de groupe si « casanier » alors qu’au vu des textes et des images, votre album, Les Trucs abîmés, semble être une invitation au voyage ?  

 Pierre : Nous ne sommes pas des gros voyageurs. Nous, notre « truc » c’est la musique. La musique en elle-même est une invitation au voyage. En fait on s’invite nous même à partir en voyage !

 BAS : Pourquoi des chansons en espagnol  (La Ruta, Cerveza’s song), cet univers de western, ce style cow-boy ?

 Pierre : Nous avons tout un champ lexical de l’Amérique du Sud, de l’Espagne. Pour autant nous n’avons pas de racines dans ces pays. En revanche nous avons beaucoup écouté la Mano Neigra, Calexico… Ce sont plein de choses qui font qu’à un moment donné, tu te fabriques une identité. Et cette dernière n’est pas faite forcément de trucs qui t’appartiennent mais dont tu t’appropries.  

 BAS : Qui veut nos peaux ? [un des titres de l’album]

 Jef : On se demande qui veut nos peaux !

 Pierre : Chacun peut avoir sa perception du texte. Quand j’y pense maintenant, ce texte là, je l’ai écrit parce qu’à un moment, je me suis dit que je devais me battre par rapport à une force qui m’oppressait.

 BAS : Est-ce un album politique ? On peut le penser en entendant « Qui veut nos peaux ? » justement, ou « No style » ?

 Pierre : Pas du tout. Beaucoup de gens effectivement y voient un album à caractère politique. Mais en fait ce n’est pas politique, il n’y a pas d’engagement « politique ». Les gens mettent ce qu’ils veulent dans cet album.

 Jef : Après, nous nous intéressons à ce qui se passe dans la société . Il y a forcément des revendications qui se cachent derrière les phrases de Pierre.[D’ailleurs,  les deux compaires font référence à l’ « agriculture biologique » ou au « commerce équitable ».]  Mais nous ne sommes pas là pour donner notre parti pris. Nous sommes plus des observateurs.

 Pierre : Nous portons une certaine importance aux textes mais nous ne nous considérons pas pour autant comme un groupe de chanson française.  Nous fonctionnons plus comme un groupe de rock.

 Jef : Nous venons du rock alternatif. Comme tous les trentenaires, nous avons écouté La Mano Negra, Noir désir. Nous sommes passés par une vague punk, puis punk-reggae, ensuite par le rock avec les cuivres. Aujourd’hui, La Casa est globalement « folk-rock ».

BAS : Un petit mot aux lecteurs de la Boîte à Sorties ?

Pierre : Venez à notre concert !! Au-delà du disque, nous avons une grosse tournée qui se prépare. La Casa est un groupe de scène. Nous serons accompagnés de trois musiciens : un batteur, un bassiste et un trompettiste.  Etant donné notre style de musique, nous ne pourrions pas vivre sans la scène. Le groupe prend sur les planches une autre dimension.

 Jef : D’ailleurs, nous venons de la scène.

 

 Les Trucs abîmés, La Casa, 3e Bureau (Wagram), sortie le 12 janvier. En concert le 5 février à la Maroquinerie, à Paris 20e. à 20h, 14 euros.

lacasa1



par
Sienna Miller est ingrate !
De La Boum à LOL : les BO
marie

One thought on “Interview : La Casa, la scène avant tout…”

Commentaire(s)

  • BILBAO

    Bonjour,
    J’ai découvert votre groupe à Musi Ka Pile. J’ai beaucoup votre travail.
    Les textes, la musique, et l’orchestration et les arrangements. J’aime bien la polyphonie et en vous écoutant j’ai pensé que j’aurais aimé entendre un peu plus la deuxième voix (quelques fois) et pourquoi pas une troisième voix (féminine).
    La présence des trompettes…génial. Ca donne un relief super à l’ensemble.
    Bon courage. Et bonne route à tous.

    Robert

    juin 9, 2009 at 8 h 14 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *