Musique

Interview de The Do, en concert ce soir au Caprices Festival de Crans-Montana

Interview de The Do, en concert ce soir au Caprices Festival de Crans-Montana

14 avril 2012 | PAR Olivia Leboyer

TLC a rencontré The Do (Dan et Olivia), qui jouent ce soir au Réservoir du Caprices Festival. Chaleureux et détendus, confortablement installés dans le salon cosy de l’Hôtel Etrier, ils se sont livrés en toute simplicité, juste avant de dîner !

TLC : Bonjour, je suis ravie de vous entendre ce soir ! Je suis Olivia.
Olivia : Olivia aussi !
Dan : Déjà, ça commence bien !

TLC : Vous venez d’arriver à Crans : vous avez eu le temps de vous imprégner du lieu ? C’est la fonte des neiges, la brume… ça influe, l’endroit, le temps, sur l’humeur d’un concert ?
Dan : C’est un peu spécial, ce temps… Nous qui pensions skier un peu ! Mais c’est agréable aussi, on aime beaucoup jouer en Suisse : on a souvent joué à Zurich, à Genève. Le concert à La Mascotte, à Zurich, est l’un des meilleurs qu’on ait faits. On a passé une nuit incroyable, là-bas ! Le public était fantastique ! Ici, Crans-Montana, c’est petit, c’est plein de charme, j’adorerais avoir un chalet comme ça, avec des boiseries… Olivia, ça lui rappelle un peu ses origines (finlandaises). Curieusement, ça nous fait penser aux montagnes du Vietnam !

TLC : Sur scène, vous êtes plus nombreux qu’à vos débuts, maintenant.
Dan : Oui, mais pas tant que ça. On était 6 à un moment, et là on est 4. On aime bien les petites salles, chaleureuses, intimes. Certaines chansons, comme « Ha ha » du premier album, par exemple, sonnent particulièrement bien sur scène. Et, naturellement, on ne peut pas faire un concert sans jouer « On my shoulders », que le public attend.

TLC : Vos deux albums sont assez différents. Comment décririez-vous la tonalité du second ?
Dan : Le deuxième, Both Ways Open Jaws, on l’a composé après une tournée de 2 ans. Il reflète le plein d’émotions qu’on a reçu.
Olivia : Au début, on avait un peu de mal à le décrire. Mais, en fait, il est sans doute plus sombre.
Dan : Plus introspectif, au niveau des textes.
Olivia : Oui, alors que le premier était plus extraverti !

TLC : Vous allez dîner bientôt… Je ne vais pas vous retenir trop longtemps !
Dan : Non, on a le temps. Mais c’est vrai qu’on est affamés ! La nourriture a toujours tenu une place essentielle pour moi. En fait, je suis né dans un restaurant. Mes parents étaient restaurateurs. Le second album, en réalité, on l’a commencé dans le Lubéron, et on mangeait des figues toute la journée : c’est un album à base de figues ! D’ailleurs (il se tourne vers Olivia) tu sens un parfum à la figue !
Olivia : Oui, moi aussi, j’adore bien manger ! Mais chez nous, en Finlande, il n’y avait pas du tout cette culture de la convivialité. On mangeait très vite, la table ne représentait pas un moment de partage. Chez Dan, au contraire, ils pouvaient passer deux heures à table !
Dan : Oui, mon père est tunisien, ma mère anglaise, ils ont vraiment ce goût de la communion autour d’un repas ! Un concert, c’est un peu pareil, on donne des chansons, comme des plats !

TLC : Oui, mais vous avez choisi de faire de la musique, au lieu de devenir cuisinier !
Dan : C’est vrai, mais c’est presque la même chose, il s’agit toujours de donner, de communiquer, d’apporter quelque chose aux gens… C’est du partage, de la convivialité.

TLC : Trentemoller a fait récemment un remix d’une de vos chansons, Too Insistent, ça procède de ce même esprit d’échange ?
Olivia : Oui, complètement ! On adore Trentemoller, et sa reprise est vraiment bonne ! Il n’est d’ailleurs pas le seul à avoir repris une de nos chansons. C’est génial que la musique circule, que d’autres personnes s’approprient un morceau, en fassent autre chose. Ça nous plaît beaucoup. C’est un peu comme en jazz.
Dan : Oui, c’est ce à quoi je pensais. C’est comme les reprises des standards de jazz.

TLC : Après Caprices, vous poursuivez votre tournée (le second album est sorti il y a un an et demi). Ensuite, vous commencerez à écrire le troisième album ?
Dan : Oui, là on est en tournée dans des clubs aux USA, en Allemagne. Quelques festivals cet été. Le troisième album, bien sûr, on y réfléchira tranquillement. On laisse entrer les choses en nous. On va lire, se reposer, écouter de la musique.

TLC : Qu’écoutez-vous en général ?
Dan : Cela dépend. Récemment, on a découvert Peter Kernel, on aime beaucoup.
Olivia : Ce matin, je me suis réveillée avec Neil Young !
Dan : Et sinon, avant la préparation d’un album, on écoute souvent de la musique classique, du 20e siècle, à partir de Debussy

TLC : Les titres de vos albums ont un lien évident ?
Dan : Oui, toujours la bouche, la bouffe (Mouthful : la bouche pleine ; Both Ways Open Jaws évoque quelque chose de plus défensif)

TLC : Merci ! Bon appétit et à ce soir ! (minuit au Réservoir)

Le nouveau clip de Laurent Garnier « Jacques in the box »
Festival Caprices, jour 3 : Modernity embué et le charme de The Do
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

One thought on “Interview de The Do, en concert ce soir au Caprices Festival de Crans-Montana”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *