Musique
Haris Alexiou- Yehuda Poliker : Du Sirtaki et des larmes

Haris Alexiou- Yehuda Poliker : Du Sirtaki et des larmes

27 octobre 2012 | PAR Arnaud Berreby

 

A l’occasion du concert donné le 28 octobre à l’Olympia par Dimitra Galani et Haris Alexiou, il nous paraît ici intéressant de mentionner la collaboration artistique entre cette dernière et le chanteur israélien d ‘origine grecque Yehuda Poliker matérialisée par la sortie à l’automne 2011 d’un single intitulé « chaque chose me ramène à toi », superbe balade gorgée de Bouzouki , promenade en Salonique , d’où est originaire la famille de Poliker .
Le contraste entre leurs deux voix qui s’ unissent et s’interpellent est saisissant et vous emporte de ce coté là de la méditerranée quelque part à mi chemin entre leur deux pays.

Mais qui est Poliker ? Il voit le jour à Haifa en 1950 et commence sa carrière musicale en 1980 au sein du combo rock Benzin , créateur du méga-hit ultravitaminé « Yom chichi », comme un « Saturday night fever » , mais en version cacher !
Le groupe se sépare après seulement deux albums et Yehuda se replonge alors dans le folklore grec dans lequel il a baigné depuis sa plus tendre enfance .

Sur son premier album solo, il reprend des standards helléniques chantés en hébreux avec l’aide de son complice parolier Yaacov Gilad.
Mais son histoire familiale le rattrape : il ressent le besoin de parler de la tragédie vécue par la communauté juive de Salonique déportée massivement vers les camps nazis.
Il publie un concept album intitulé « cendres et poussières » qui traite de ce sujet .
La chanson « une fenêtre donnant sur la méditerranée », qui en est extraite, est un immense succès populaire alors que le sujet ne s’y prête guère :
il s agit d’une lettre d’un rescapé des camps immigré en Israël adressée à sa femme : il lui écrit son espoir de la retrouver accompagnée de leur enfant . « Ici , si tu le souhaites , tu auras un foyer où nous
pourrions nous reposer : toi , moi et notre enfant devant une fenêtre donnant sur la Méditerranée » .
Mais revenons à l‘album paru en 2011 qui contient le duo évoqué au début de l’article : il inclut une autre chanson, en hébreux celle ci, dont les paroles sont du grand écrivain israélien David Grossman : « que le printemps est furtif » .
Poliker reprend là une tradition israélienne qui consiste à mettre en musique des écrivains locaux , à l’instar de Shlomo Artzi pour Shaul Tchernikowski ou Nathan Alterman ; Rita pour Bialik ; ou même l’orientalisant Haim Moché avec Rachel.
Sur la scène du Zappa Club de Tel-Aviv le 26 juin 2012 , Poliker nous explique la difficulté qui a été la sienne pour mettre en musique ce texte qui parle du printemps si court en orient, coincé entre un long hiver pluvieux et un été qui brûle déjà à peine arrivé , « il y a un court moment où la nature exulte de joie , elle déborde de vie, ivre et parfumée »
« J ‘ ai appelé David car je cherchais l’allégorie

« je me doutais bien qu’il ne parlait pas vraiment du déroulement des saisons en orient .
Il me confirma que le printemps évoqué dans le texte représente le bonheur si fugace à savourer entre deux tragédies : à peine arrivé on le voit déjà repartir. »
David Grossman a perdu son fils en août 2006 pendant la deuxième guerre du Liban .
Cette chanson parlait de l’immense bonheur de l’avoir connu et aimé et de l’ hiver glacial qui suivit son départ .

Arnaud Berreby

Dépêche Mode annonce la sortie d’un 13ème album studio et d’une tournée internationale pour 2013
Les sorties culturelles des vacances de la Toussaint pour les enfants

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture