Musique

Gustav Leonhardt, au revoir maestro

18 janvier 2012 | PAR Yaël Hirsch

Le chef d’orchestre et claveciniste hollandais Gustav Leonhardt est mort lundi 16 janvier à l’âge de 83 ans dans sa demeure d’Amsterdam. Il venait tout juste d’annoncer qu’il mettait fin à sa longue carrière.

La dernière apparition scénique du maître date du 12 décembre dernier à Paris, au Théâtre des Bouffes du Nord. IL avait l’air très affaibli. Mi-Novembre, Jacques Drillon du Nouvel Observateur révélait que le grand musicien baroque avait décidé de ne plus se produire sur scène. Immense interprète de Bach, Frescobaldi, Couperin, Scarlatti et Purcell . Il était un des pionniers du renouveau du baroque et a formé des générations de clavecinistes, parmi lesquels Christopher Hogwood, Ton Koopman et Pierre Hantai. Musicologue très reconnu, spécialiste de Bach, il était également professeur au Conservatoire National d’Amsterdam, puis plus tard, à Harvard, ainsi que docteur honoris causa de nombreuses universités de par le monde. En 1980, il reçoit le Prix Érasme, symbole de sa contribution au rayonnement de la culture et des valeurs européennes. Gustav Leonhardt a plus de 200 enregistrements à son actif.

Sébastien Tellier donne dans le goûter mystique avec la première vidéo de son nouvel album, Pepito bleu
Stop ou Tout est bruit pour qui a peur – Hubert Colas au Théâtre de Gennevilliers
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

One thought on “Gustav Leonhardt, au revoir maestro”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *