Musique

Le Festival Chorus clôture sa trentième édition en beauté !

Le Festival Chorus clôture sa trentième édition en beauté !

10 avril 2018 | PAR Sarah Dray

La trentième édition du Festival Chorus s’est tenu à la Seine Musicale à Boulogne – Billancourt du 3 au 8 avril 2018. Organisé par le département des Hauts de Seine, avec une partie des concerts gratuits, et une partie des concerts payants, le Festival Chorus avait l’habitude de se tenir sur le parvis de la Défense et a déménagé pour invertir un nouveau lieu. Et on peut dire que ce fut une belle réussite !

Du mardi 3 avril au vendredi 6 avril ont eu lieu les concerts gratuits sous forme d’afterworks. De nombreux artistes se sont produits en plein air sur le parvis de la Seine Musicale, parmi eux, Fatoumata Diawara, fraîchement récompensée aux Victoires de la Musique pour son projet Lamomali avec M.

Samedi 7 avril, les concert payants ont commencé. La journée était dédiée à une musique plutôt pop/rock/électro. Là encore, de très beaux noms étaient présents : Ayo, Her, Hyphen Hyphen, pour ne citer qu’eux…

Mais c’est de la dernière journée, à laquelle nous avons assistée que nous souhaitons vous parler. Celle ci était plutôt orientée Rap et Hip hop, et il y en avaient pour tous les goûts et toutes les influences. Voici quelques mots sur chacun de nos coups de cœur .

L’or du commun : Groupe de hip hop français, l’or du commun a enflammé le parvis de la Seine Musicale dès les premières notes. Formé d’un trio Primero, Loxley et Swing, et accompagné par le DJ Junior Goodfellaz, ces jeunes nous semblent prometteurs et nous rappellent la bonne vibe et la bonne énergie du Ministère Amer à sa grande époque. Nous les avons découverts et avons envie de les suivre, comme une grande partie du public du Festival Chorus. Coup de cœur spécial pour leur chanson « Mets la Gomme » à écouter ici : https://soundcloud.com/user-853854440/mets-la-gomme

808INK : Ces deux garçons nous ont tout de suite emmené dans l’univers du rap américain. avec un flow rapide et unique, et une vibe très organique. Ils savent reprendre les basiques de leurs influences tout en étant innovants. En fermant les yeux on est immédiatement transportés au cœur d’un film américain. En tout cas, leur énergie a séduit les spectateurs qui bougeait comme un seul homme au rythme de leurs lyrics.

Aaron Cohen : pour nous, Aaron Cohen est la révélation de la nouvelle scène rap américain. Mélangeant son flow hip hop avec de la musique électronique, il s’inscrit dans une modernité très attrayante. Ce n’était pas son premier concert à Paris et il a donc déjà ses fans, qui avaient fait le déplacement. Venu tout droit de Seattle mais principalement influencé par l’école du rap New-yorkais, Aaron a certainement une longue carrière devant lui, toute aussi longue que son histoire d’amour avec le public français …

Gael Faye : Gaël, de par sa notoriété, était une des têtes d’affiches du Festival. Ses textes ciselés et sa poésie ont séduit une grande partie du public qui s’était déplacé nombreux dans la plus grande salle de la Seine Musicale. Par contre, le son était un peu trop saturé et on ne pouvait pas comprendre la totalité de son flow si particulier, dommage. Cependant, Gael Faye a parfaitement chauffé la salle et impeccablement préparé le public au final de NTM.

 

NTM : y a-t-il vraiment besoin de les présenter? Et y a-t-il vraiment besoin de dire qu’ils ont ébloui la Seine Musicale ? Depuis leur retour, le groupe mythique fait un carton sur scène. Le Festival Chorus n’y a pas échappé et a parfaitement choisi la clôture de sa trentième édition. C’était tout simplement le feu ! Dans la salle, certains ont fait le déplacement spécialement pour les deux rappeurs. Joey Starr et Kool Shen étaient en pleine forme et en ont mis plein la vue à leur public. Magique !!

Le Festival Chorus a parfaitement réussi sa trentième édition, nul doute que ceux qui étaient présents cette année ont déjà hâte d’être au rendez-vous l’année prochaine. La greffe a pris à la Seine Musicale et la salle a offert au Festival un espace parfaitement approprié à son développement et à son rayonnement. Rendez-vous l’année prochaine à Boulogne !

Entretien avec Graeme Macrae Burnet « Je crois vraiment que le lecteur termine le livre »
La Maison de la Vache se refait une beauté
Sarah Dray

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *