Musique

Fatoumata Diawara fait venir l’Afrique au Trianon

Fatoumata Diawara fait venir l’Afrique au Trianon

12 décembre 2018 | PAR Sarah Dray

Mardi 11 décembre, Fatoumata Diawara se produisait au Trianon à Paris. Révélée au public français, par le projet Lamomali de Matthieu Chedid, elle a livré une prestation généreuse et remplie d’énergies positives.

Fatoumata Diawara, chanteuse malienne, a fait mardi sa première prestation en solo sur une scène parisienne. Quand nous l’avions rencontré, en novembre dernier, elle nous avait raconté appréhender  cette date avec beaucoup de tranquillité et nous avait confié vouloir prendre soin du public.

Et c’est ce qu’elle a fait tout au long de son concert. Même si on ne comprend pas les paroles, à travers sa voix unique, pleine de force et de couleurs, on ressent toute la sincérité et le cœur de Fatoumata.

Sur scène, les éclairages à la musique chaude retranscrivent parfaitement le partage et l’énergie de la musique de l’artiste.

Entre les chansons, Fatoumata Diawara parle beaucoup au public, elle instaure un climat de proximité. Elle raconte, explique et a à cœur de donner une image positive de l’Afrique.

Pendant le spectacle, elle annonce la venue d’un invité surprise, tout le monde se met à rêver à M. Et le voici qui apparait au fond de la salle, guitare à la main et M lumineux autour de la tête. La salle devient alors euphorique, le public est électrique. Cependant, il sera un peu déçu de voir que Matthieu ne restera que quelques minutes et qu’il ne chantera pas, il se contentera de jouer de la guitare.

Une fois M parti, c’est un autre membre de l’équipe et de la tournée de Lamomali qui viendra gratifier le Trianon et Fatoumata de sa présence : Vincent Segal.

De retour en solo, la chanteuse continue son tour de chant. Elle dégage une énergie incroyable et el public l’accompagne en dansant sur les rythmes africains.

Pour le final, l’ambiance est à son niveau maximum et tout le monde applaudit, chante, danse. Fatoumata Diawara aura réussi sa mission : prendre soin du public et lui transmettre une bonne image de l’Afrique. Le public repartira rasséréné et avec une seule hâte : revoir Fatoumata à Paris, sur la scène de l’Olympia le 10 mai 2019.

visuels : Aida Muluneh

Marina Hands et Francine Bergé lauréates du Prix Brigadier 2018
Salonen à la tête de la San Francisco Harmony
Sarah Dray

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *