Electro

Paco Tyson, une première édition ambitieuse et réussie pour le nouveau festival électro Nantais

Paco Tyson, une première édition ambitieuse et réussie pour le nouveau festival électro Nantais

17 avril 2017 | PAR Enora Le Goff

Les 14 et 15 avril 2017, le festival électro Paco Tyson a vu le jour à Nantes : un pari courageux et réussi pour les organisateurs.

 

La première édition du festival électronique Paco Tyson a su attirer les foules avec des têtes d’affiches, tout en promouvant la scène nantaise. Le pari Paco Tyson est remporté haut la main, avec 10 000 personnes sur les deux soirs, 30 artistes, 3 scènes dans 3 chapiteaux (house, trans, techno). Une programmation de qualité a permis à Nantes d’offrir un autre festival, plus orienté vers l’électro que Scopitone. A l’affiche de la scène house, avec un son surtout groovy, une multitude d’artistes nantais, comme Atemi, Bloody L ou Môme, propriétaire régulier du Nid, bar niché au dernier étage de la Tour de Bretagne qui domine la ville de Nantes. Les performances des Nantais ont été judicieusement entrecoupés de sets de pontes reconnus de l’électro, tels que le résident du Berghain Ben Klock, Derrick May un des fondateurs de la techno de Detroit, The Driver, la face techno du personnage harcdcore Manu le Malin, Detroit Swindle, ou encore Omar S qui garantit une techno plus vocale et hip-hop.

Epicentre électro de Nantes pendant un week-end, le festival s’est tenu à proximité du parc de la Chantrerie, dans un champ à la périphérie de Nantes. L’organisation des transports était hésitante : les bus qui desservaient le site toutes les demi-heures seulement sont ceux du réseau nantais, l’affrètement de navettes spéciales aurait été de bon aloi. L’attente interminable et la foule impatiente devraient avoir convaincu les organisateurs de prévoir autrement la venue des festivaliers.

Quant au site, l’aménagement des scènes et des bars ont garanti sur les deux jours un confort général. La première édition était sans doute celle à ne pas manquer. Il ne fait aucun doute que la renommée et le succès vont aller en s’accroissant ; pour la première édition, le festival est resté à taille humaine, avec des festivaliers ouverts et abordables, ce qui a assuré une bonne ambiance généralisée. La scénographie des chapiteaux simple mais efficace, et les projections au sol extérieures donnaient une ambiance colorée et psychédélique au site.

De plus, l’organisation cashless des boissons assure toujours un minimum d’attente, pour s’offrir des consommation à un prix très abordable. Paco Tyson se veut inscrit dans la tendance green écolo des festivals qui se soucie de la préservation des sites : le nombre de toilettes sèches ont évité les queues et ont responsabilisé les festivaliers.

En définitif, Paco Tyson va certainement réussir à s’imposer comme un festival majeur de la scène électro du Grand Ouest, de par l’efficacité et la qualité de sa programmation, mais aussi par l’ambiance générale qu’il réussit à dégager.

Salomé Vincent & Enora Le Goff

Agenda culturel de la semaine du 17 avril
Donner de la confiture aux cochons : Biopigs au Théâtre du Rond-Point
Enora Le Goff

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *