Electro
[Live Report] Marvellous Island Festival, les pieds dans la gadoue, la tête dans les nuages

[Live Report] Marvellous Island Festival, les pieds dans la gadoue, la tête dans les nuages

11 mai 2017 | PAR Victoire Chabert

Pour sa cinquième édition, le Marvellous Island Festival a conquit près de 20 000 participants, qui malgré les mauvaises conditions météorologiques se sont rendus sur l’île de loisirs de Torcy, le week-end du 6-7 mai.

Entre village, animations et programmation éclectique, l’île merveilleuse nous a livré une expérience insolite, complètement hors du temps. Les fêtards ne se sont pas laissés décourager par la pluie et la boue. Ils étaient même plusieurs milliers a braver le mauvais temps, équipés de kway, de bottes et autres déguisement. On a croisé des nymphettes pailletées, des licornes, des pokémons grandeur nature et un homme…douche! Tous présents et motivés pour taper du pieds au son de leurs djs favoris.

Cette année Marvellous Island proposait une programmation des plus alléchante pour tous les fans de musique électronique. Allant de la scène techno internationale aux talents français low beats/deep house, soixante-huit artistes de treize nationalités différentes se sont produit. Parmi les têtes d’affiche, Agoria, Joachim Pastor & N’to, Julian Jeweil, Kölsch, Marc Houle, Maya Jane Coles, Oliver Huntemann, Stephan Bodzin, Michael Mayer, Alan Fitazpatrick ou encore Oxia.

C’est la Beach Stage, implantée au cœur d’un paysage insolite, qui nous a le plus séduit. On a adoré se déhancher en plein air, les pieds dans le sable sur les beats de Joachim Pastor & N’to. Un artiste qui sait faire bouger les corps par son sens du groove et ravir les oreilles par son talent mélodique. Pour sa part, Oxia nous a fait surfer sur sa techno house hors des modes, sans artifice et savamment profilé.

https://soundcloud.com/kikiiik-stasion/oxia-domino-original-mix

 Quant à Agoria, figure incontournable de la techno française, il a secoué la Beach Stage durant ses deux heures de set. Le public survolté s’est trémoussé au rythme de ses mélodies aux vibrations positives.

https://soundcloud.com/agoria/iv46-agoria-scala-ep-scala

Alan Fistpatrick, lui, a enflammé la Digital Stage. Ce DJ anglais, s’impose aujourd’hui comme le leader de la techno made in UK et surtout comme un ambassadeur du label Drumcode. Sa musique ultra-dansante ne fait pas dans la tendresse et a fait s’agiter beaucoup de festivaliers. Nous avons également eu la chance d’entrer dans l’univers d’Amelie Lens. Ses mélodies sombres, accompagnés de vocals féminins ou de kicks abrupts, ont fait sautiller la salle comble.

De nombreux autres artistes se sont produit notamment sur la Hippie Stage. Des espaces chill out étaient installés un peu partout, où des petits collectifs parisiens ont joué de la musique plus calme.

https://soundcloud.com/nicolasthurman/th18-thurman-marvellous-island-festival-07052017?in=nicolasthurman/sets/thurman-mix

Marvellous Island a tenu sa promesse, celle d’un week-end de déconnexion totale. Les décibels des djs talentueux ainsi que la déferlante de good vibes, on a fait bouger les corps et ravit les tympans.

Crédits photos : @MaximeChermatPhotography

[Interview] Marco Da Silva Ferreira « Je veux travailler à partir de quelque chose que je ne vois pas habituellement »
Gagnez 2×1 place pour The Rave Origins – 24.06.17 /Caen
Victoire Chabert

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *