Electro

[Live report] Zombie Zombie interprète la BO du film « Loubia Hamra » au Silencio

[Live report] Zombie Zombie interprète la BO du film « Loubia Hamra » au Silencio

26 mars 2014 | PAR Yaël Hirsch

Les Zombie Zombie ont reproduit leur concert de la BO du film Loubia Hamra, présenté en inauguration du festival FAME de la Gaîté Lyrique, le 13 mars dernier, sur la petite scène lynchienne du Silencio, ce mardi 25 mars à minuit. On n’avait jamais vu le club aussi plein et le public entrer ainsi en transe. Un grand moment du musique, précédé et suivi par la projection du film.

[rating=5]

Fans de films d’horreur et de sci-fi, le trio des Zombie Zombie a choisi un film d’un tout autre genre pour créér une BO d’une qualité exceptionnelle. Loubia Hamra de Narimane Mari se focalise sur un groupe d’enfants, en Algérie, au bord de la mer, qui entend des événements dangereux se rapprocher, tandis qu’ils protestent contre la pauvre nourriture qu’ils doivent supporter et qui leur tord le ventre : des haricots (d’où le titre anglais, Bloody Beans).

Baigné de lumière, très perché, le film a inspiré aux Zombie Zombie des morceaux hypnotiques où les percussions évoquant l’Algérie sont reines. Ces percussions remplissaient toute la scène du Silencio, pour un rythme à 4 baguettes, tandis que Etienne Jaumet orchestrait les claviers et les pointes electro. Le concert a eu lieu dans la plus grande simplicité et sans projections d’images du film, devant un public médusé et extrêmement attentif : les corps sont entrés en résonance avec le son. Après une présentation très sci-fi seventies à la voix drôle et floutée du film et du projet, le deuxième morceau a été une envolée de percussions quasi-tribales, qui faisait presque oublier la partie électronique expérimentale. Sous les hourras du public, applaudissant à tout rompre, mais sagement après chaque morceau, Etienne Jaumet a attrapé son saxophone et nous a vraiment bluffés…Terminant par le merveilleusement précis « Black paradise », les Zombie Zombie ont été ovationnés et ont laissé la place au film pour les cinéphiles et aux DJs du label Versatile, fondé par Gilbert Cohen, pour les clubbers.

Loubia Hamra, de Narimane Mani, Algérien /France, 1h17, sortie le 28 mai 2014.

visuel : photo du film

Ryan Gosling dans la peau du rutilant cinéaste-chorégraphe Busby Berkeley
« Les archives du rêve »: Werner Spies choisit 155 dessins des collections du Musée d’Orsay pour l’Orangerie des Tuileries
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *