Electro
[Live report] Rone et Thylacine ravivent le public des Transmusicales

[Live report] Rone et Thylacine ravivent le public des Transmusicales

06 décembre 2014 | PAR Enora Le Goff

Ce week-end à Rennes les 36e Rencontres Transmusicales font vibrer Rennes au son de musiques diverses, mais toujours avec une qualité de programmation exceptionnelle.

22h – La soirée débute par la prestation de Grand Blanc, la voix grave du chanteur, Benoît, s’accorde parfaitement avec celle, épurée et claire, de Camille. Les paroles profondes rappellent tristement la musique de Bashung, les rythmes hypnotiques peinent pourtant à ambiancer véritablement le hall 8.

23h – L’ambiance se réchauffe dans le hall 9 avec le funk mouvementé de Jungle By Night, une joyeuse troupe de 9 hollandais qui plonge le public dans une transe dansante. Guitare, djembé et cuivres se lient d’amitié parfaite pour chauffer avec joie le public rennais.

1h – Le public devient émeute lorsqu’il s’agit d’aller assister au concert de Rone, tête d’affiche de la soirée. Même pas 10 minutes après le début du concert les portes sont déjà closes, l’immense hall 9 est bondé. Il présente ici quelques morceaux de son très attendu troisième album, et offre une prestation planante, qui emmène les festivaliers vers de très hauts sommets. La scénographie est splendide et ne fait qu’appuyer cette invitation au voyage et à la rêverie. Un set d’une immense qualité, qui n’a pas déçu les fans du Dj franco-berlinois.

2h30 – DBFC et son électro sombre et schizophrénique ravit les esprits torturés en ce milieu de nuit. Le quatuor fait bouger les corps sur des sons inspirés de la techno des années 90, profonds, sombres qui résonnent comme un tourment dans les crânes. « Leave my room » fait perdre les esprits, pour que tous se retrouvent dans la fête.

4h25 – Dernier concert de la soirée pour Toutelaculture, et non des moindres, Thylacine livre un set parfaitement équilibré. L’électro se mêle parfois au jazz et au hip-hop, toujours au service d’une musique humaine. C’est avec plaisir qu’il dégaine son saxophone, donnant corps à ses plages planantes, une prestation parfaite pour la fin de soirée, le public vibre, le mélange des sonorités est une parfaite conclusion pour cette soirée. Thylacine est l’incarnation même de ce que les Transmusicales représentent, à savoir un mélange de différents horizons musicaux dans une même transe commune.

C’est donc sur ce concert que se termine la soirée, le parc des expo commence alors à se vider, une marée humaine hétéroclite investit les allées et prend d’assaut les navettes, partout on entend un public ravi, de la programmation comme de l’ambiance. Toutelaculture sera de nouveau là ce soir pour assister aux prestations de Boris Brejcha, The Hacker ou encore Costello.

[Critique] L’insouciance de « La Belle jeunesse » se perd dans de profondes trivialités
[Tournée] « Carmen danse »: espagnolades russes au Palais des Congrès
Enora Le Goff

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture