Electro

[Live report] Nordik Impakt 2014, l’électro réveille la Normandie

[Live report] Nordik Impakt 2014, l’électro réveille la Normandie

27 octobre 2014 | PAR Enora Le Goff

Cette semaine avait lieu à Caen le Nordik Impakt, festival de la scène électro, aux basses vibrantes et à la programmation alléchante !

Après les concerts de Fakear, Robot! et The Do mardi, mercredi et jeudi c’est vendredi soir que Toute La Culture a investi le Nordik Impakt, festival des cultures numériques et indépendantes de Caen. Avant la soirée du samedi prenant place au parc des expo et présentant les véritables têtes d’affiche des festivités (Chinese Man, Bakermat, Worakls, Kaytranada…), c’est à la salle du Cargo que les premières soirées se sont déroulées. Vendredi soir les Australiens de Seekea ont émerveillé la salle (peu remplie) par leurs rythmiques enivrantes et douces. S’en est suivi le set de Pilooski, producteur français mêlant pop, électro et musique psyché. C’est sur ces deux prestations simples mais plaisantes que se termine la soirée de vendredi.

https://soundcloud.com/futureclassic/seekae-test-recognise-1

Début en beauté samedi pour la soirée de clôture au parc des expositions avec la joyeuse électro de Salut C’est Cool, un concert délirant, une vision de la musique légère et absurde, on préférera leur grain de folie à la musique connue, reconnue (trop connue?) de Chinese Man qui livre pourtant un show explosif, rien de plus motivant pour le reste de la nuit !
Comme prévu Bakermat fait encore salle comble sur la plus grande des scènes, déjà vu au festival Panoramas (tout comme Worakls), le duo néerlandais fait toujours de nombreux adeptes avec ses savoureux mélanges d’électro et de saxophone. Même succès pour Étienne de Crécy entouré d’Alex Gopher et Julien Delfaud, figure de proue de la French Touch il a su ce week-end ramener dans les airs cette culture musicale de Super Discount, pour le plus grand plaisir du public caennais !

https://soundcloud.com/etienne-de-crecy/night-cut-the-crap

Une petite bouffée d’air frais s’impose après ce grandiose concert, la nuit ne fait finalement (presque) que démarrer et le style de musique s’oriente plus désormais vers la techno et la dubstep. Preuve de cette transition avec le show musclé de Murkage, entre rap, jungle et dubstep.

https://soundcloud.com/murkage/manifesto-feat-nekfeu-rain-city-riot-remix

Mais soudain le public apprend sur le panneau central du festival que le très attendu Kaytranada ne sera pas de la partie… problème d’intempéries évoqué. Remixeur et beatmaker de génie, son absence se fait remarquer chez les invétérés du genre. Pour autant la soirée continue avec notamment la prestation de UZ, mystérieux mixeur au masque dont on ne connaît rien, sinon sa musique, intense, brutale et tellement puissante lorsqu’elle résonne en vous. De la même manière le set du jeune parisien Worakls fait lui aussi danser les milliers de festivaliers, mais cette fois grâce à une minimale parfaitement calibrée, claire et précise… un régal pour la fin de festival !

https://soundcloud.com/worakls/nto-trauma-worakls-remix

C’est ainsi que s’est achevé pour nous le Nordik Impakt, rappelant dans sa programmation, comme dans sa disposition son équivalent breton le Panoramas festival, quelques dix heures de musique électronique de tout genre pour le plus grand plaisir de nos oreilles !

Visuels (c): affiche festival, photos ELG

Matthieu Roy et Cyril Teste mettent en place un Laboratoire des écritures scéniques
[Critique] « Felicidad » : comédie argentine trop en forme(s)
Enora Le Goff

One thought on “[Live report] Nordik Impakt 2014, l’électro réveille la Normandie”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *