Electro

A l’Onde, Jeff Mills VS Tony Allen pour le festival ElectroChic

A l’Onde, Jeff Mills VS Tony Allen pour le festival ElectroChic

18 mars 2019 | PAR Clara Bismuth

 

Pour sa troisième édition, le festival ElectroChic s’est offert un duo de légende dès l’ouverture.

Le célèbre batteur nigérian Tony Allen en collaboration avec le pionnier de la musique techno de Détroit, Jeff Mills donnaient un rendez-vous tout en rythme au théâtre de l’Onde à Vélizy ce 14 Mars. Un mélange subtile d’Afrobeat et d’électro qui captive, surprend et ne manque pas de stimuler les sens.

Il faut dire que les deux hommes avaient fait fort sur leur projet de 2018 : Tomorrow Comes The Harvest. Un EP qui fusionne jazz et univers cosmiques sans oublier un groove rétro. Un disque sur lequel on retrouve une troisième figure de génie, le maître du clavier Jean-Philippe Dary, qui a fait l’unanimité du public lors du festival. Pas toujours évident de présenter deux monstres du son sur une même scène. Entre Tony Allen et Jeff Mills pas de doute, la complicité et l’entente existent bien. Mais parfois, il semble que l’égo prend le dessus, métamorphosant le duo en duel que Jean-Philippe Dary ne manque pas d’arbitrer. Deux fortes têtes qui se rencontrent pour un concert authentique où l’improvisation est essentielle.

Loin des show contrôlés habituels, les trois musiciens se lancent ici dans ce qui pourrait ressembler à une grosse répétition entre amis, avec ses imperfections parfois mais rapidement rattrapée par des moments de grâce précieux biens mérités. Et lorsque la tension semble s’être trop installée, Allen s’empare du micro pour déclarer une fois de plus à quel point il apprécie jouer avec son partenaire de l’année. Une gorgée de whisky et les voilà repartis de plus belle dans leur voyage colorés de rythmes cosmopolites. En fait tout fut simple est loin des conventions dans cette petite salle de l’Onde. Rien de surfaits, une ambiance familiale et détendue agrémentée des effluves de bières et de la proximité avec les artistes, pas de doute, on ne regrette pas le déplacement depuis Paris pour cette soirée. 

Visuel : CB

L’agenda culturel de la semaine du 18 mars
Ysteria, la belle parole actuelle de Gérard Watkins sur l’hystérie.
Clara Bismuth
Rédactrice pour le magazine Toute La Culture depuis mars 2018, principalement dans les rubriques Musique et Cinéma.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *