Musique

Du nouveau pour Syd Matters

06 septembre 2010 | PAR Tristan Karache-Prudent

En 2008, le groupe mené par le français Jonathan Morali avait sorti un album intitulé Ghost Days dans lequel on découvrait le talent de ces derniers. Poursuivant dans le même style, la formation a enregistré une nouveauté répondant au nom de Brotherocean. Ce quatrième opus se présente comme une fresque onirique tout droit sortie d’une inspiration rock à tendance polp folk avec pour thème l’océan et ses mystères.

Après avoir sorti sa dernière création en 2008, il était quasiement logique que Syd Matters soit en perte d’inspiration pourtant cette fois c’est directement au sein de ses rêves que le songwritter Jonathan est allé la chercher : «  J’ai passé dix années pendant lesquelles je ne me souvenais jamais de mes rêves. Et puis il y a deux ans, un bon matin, je me suis réveillé en m’apercevant que j’avais un film dans la tête, des images que j’avais vues dans la nuit. Ça a été un sacré choc… Depuis, je rêve énormément, ce qui me permet d’avoir des chansons presque préécrites. Rest en est un exemple type : c’est la pure description d’un rêve que j’ai fait. » Dans ce nouveau chapitre, l’auditeur aborde tous les aspects du rêve, du moment où l’on s’endort tranquillement et paisiblement avec River Sister jusqu’au moment où l’on se réveille le sourire aux lèvres avec Wolfmother.

Ainsi, dans l’intégralité de ce songe éveillé, l’oreille enchanté et envouté oscille entre chansons douces et calmes comme une berceuse et chansons plus enjoués mais toujours câlines comme une comptine. C’est exactement le genre de musique à écouter lorsque l’imagination a besoin de se développer installé la tête sur l’oreiller et le corps allongé. Brotherocean est un portail vers le rêve et l’infini, une douce ballade dans les univers chimériques de nos pensées.

Voulant toujours se renouveler sous tous les angles, les 5 membres se produisent dans des lieux quelques peu singuliers comme dans des musées, des granges ou encore sur une péniche. Jonathan s’exprime à ce sujet :“On a voulu faire vivre le disque, sortir des sentiers battus et se produire dans n’importe quel endroit qui ne ressemblait pas à une salle de concerts. Ça permettait de prendre des risques, de devoir s’adapter. Chaque concert a nécessité une réflexion préalable. C’était une manière de ne pas répéter les même choses.”Eviter de stagner semble être devenu le nouveau mantra de ce groupe qui s’impose de plus en plus comme une référence dans le monde musical français. Il est bon de signaler qu’ils seront en concert Fnac le 20 septembre prochain au point Ephémère à 20h.

Découvrez la playlist Brotherocean avec Syd Matters
Un live disponible sur Internet pour Radiohead
Johnny : Toute la musique que j’-M-!
Tristan Karache-Prudent

4 thoughts on “Du nouveau pour Syd Matters”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *