Musique

Director’s Cut, nouvel album de Kate Bush

Director’s Cut, nouvel album de Kate Bush

16 mai 2011 | PAR Moriane Morellec

Kate Bush surprend encore avec son nouvel album Director’s Cut, déjà dans les bacs, sorti sous son propre label, Fish Head.

Kate Bush est une artiste en évolution constante et son dernier album Director’s Cut en est la preuve. Pour cette dernière trouvaille, Kate Bush a choisi de revisiter douze chansons qui lui sont chères des albums The Sensual World (1989) et Red Shoes (1993). Référence directe au cinéma, le Director’s Cut, au fil des chansons, prend une ampleur quasi visuelle. Très attachée au 7e art, Kate Bush a d’ailleurs réalisé le clip du single « Deeper Understanding ».

La première chanson de l’album s’intitule « Flower of the Mountain » (à l’origine « The Sensual World ») et le texte est un extrait du Ulysse de James Joyce. Le changement dans le titre a eu lieu quand la maison d’édition a accepté la demande de Kate Bush de mettre le texte du fameux écrivain en chanson. James Joyce n’est d’ailleurs pas le seul invité de l’album; Eric Clapton fait une apparition remarquée à la guitare électrique dans la très jolie « And so is Love ».

Un lifting musical

La touche Kate Bush est toujours omniprésente dans cet album même si chaque titre a subi un léger lifting. Les chansons ont été transposées pour correspondre à sa voix d’aujourd’hui, plus grave qu’au moment des enregistrements originaux. Cependant, la voix reste unique et mystérieuse, à l’image de la chanteuse. La majorité des chansons provient de l’album Red Shoes, et la thématique de la religion est très présente – une thématique qui navigue aux frontières du rêve et du cauchemar. Les images mêmes de l’album sont à la limite du cauchemar; des hommes ailés, aux têtes de corbeaux et de poissons remplissent les pages aux décors mystiques.

Une impression de ‘jamais vu’

Fidèle à la thématique cinématographique de son titre, l’idée de narration se ressent au fil des chansons. Le thème du cinéma englobe habilement l’album, où Kate Bush s’est amusée à remodeler les chansons à la manière d’un monteur qui fait et défait ses films. Par ailleurs, nombreuses sont les interventions au sein des textes et les figures de style. La dernière chanson, « Rubberband Girl » est un florilège de vire-langues comme dans le dernier paragraphe ‘a rubber band bend the beat back’. Seule grande déception, pas de concerts ou de dates de prévues, la chanteuse à donné ses seuls concerts en 1979 au cours de son unique tournée Européenne, Tree of Life.

Auto-définie comme « innovante » et « idiosynchratique », inspiration de nombreux artistes tels que Björk, Goldfrapp ou plus récemment Florence and The Machine et Joanna Newsom, Kate Bush reste une artiste inclassable à (re)découvir.

 

Visuel: (c) Fish People/EMI

Visuel une: (c) John Carder-Bush

Lisa Portelli, le blues au féminin
le Cortège du Tchoulent, un cabaret Musical Gastronomique ( annonce)
Moriane Morellec

6 réflexions au sujet de « Director’s Cut, nouvel album de Kate Bush »

Commentaire(s)

  • Gabrielczyk

    vrai, vrai

    mai 24, 2011 at 8 h 32 min
  • Mercier

    1-vrai
    2-vrai

    mai 26, 2011 at 5 h 57 min
  • brice MENAGE

    1-vrai
    2-vrai

    mai 30, 2011 at 19 h 59 min
  • GIRAUDEAU

    1) Vrai
    2) Vrai

    juin 5, 2011 at 23 h 46 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *