Classique
Philippe Herreweghe et le Collegium Vocale Gent ouvrent le festival d’Ambronay

Philippe Herreweghe et le Collegium Vocale Gent ouvrent le festival d’Ambronay

25 septembre 2016 | PAR Elodie Martinez

Le Festival d’Ambronay est à présent inscrit dans les festivals attendus de la rentrée. Cette année ne fait pas exception avec un festival placé sous le thème de « Vibrations : Lumières ». Alors que le second weekend touche à sa fin, nous revenons sur son ouverture qui s’est faite vibrante et lumineuse grâce au Collegium Vocale Gent sous la direction de Philippe Herreweghe pour une soirée sous le signe de Bach et des « Lumières célestes »…

[rating=3]

Dans le cadre enchanteur qu’est cette ancienne abbaye entièrement réinvestie par l’âme non seulement du festival mais aussi du label ou encore de l’Académie d’Ambronay, le programme de cette année nous accueille en ces termes : « Se déplacer pour partager un concert, c’est vivre une expérience unique, physique, émotionnelle ou spirituelle, c’est palpiter d’un même c(h)oeur. Cette communion vibratoire nous est devenue aujourd’hui plus que jamais indispensable ». La promesse de la vibration fut-elle alors tenue? Nous sommes quelque peu partagés sur ce point…

En effet, l’acoustique de l’abbaye est difficile à dompter et il est délicat de juger du rendu global depuis une place fixe. Pour nous qui étions à l’avant côté vents, nous avons noté un déséquilibre avec les cuivres trop présents durant la première partie, rendant par contrebalancement les violons un peu « mous » ou « endormis ». Toutefois, nous ne nous permettrons pas d’avancer qu’il s’agit là d’une observation valant pour toutes les places de la salle.

Ce que l’on note toutefois, c’est une première partie manquant globalement un peu d’énergie malgré le maestro de renom qu’est Philippe Herreweghe. La cantate BWV 130 « Herr Gott, dich loben alle wir » ouvre la soirée mais on ne ressent pas l’esprit festif que nous dépeint le programme, comme s’il s’agissait du réveil de l’orchestre encore un peu ensommeillé. Le Collegium Vocale Gent ne semble alors pas porté par les instruments et, bien que les voix et la prononciations soient très bonnes, on a du mal à se laisser emporter parmi les anges.

Suit la Cantate BWV 149 « Man singet mit Freuden vom Sieg » déjà plus dynamique, notamment côté cordes. Le choeur offre un très moment dans sa partie finale où l’on entend alors apparaître cette lumière dont il est question dans ce festival. Nous profitons de cette partie pour saluer les solistes présent avec le choeur : Hannah Morrison et Alex Potter tout d’abord, qui ont véritablement enchanté l’abbaye, ainsi que Thomas Hobbs et Peter Kooij.

Vient enfin la deuxième partie de la soirée consacrée entièrement à la Cantate BWV 198 « Man singet mit Freuden vom Sieg (Trauerode) ». Le contraste avec la première partie est alors assez notable dans cette cantate absolument superbe et maîtrisée du début à la fin, tant d’un point de vue orchestral que vocal. L’équilibre est alors bien présent, l’harmonie se crée et la direction de Philippe Herreweghe se fait entendre. La magie opère enfin et l’on ressent la grandeur de cette ode magistrale. Une très belle réussite.

Si nous sommes quelque peu partagés à cause du contraste entre les deux parties, nous ne pouvons nier la qualité de l’ensemble de la soirée actuellement disponible sur Culturebox que nous vous conseillons : la prise de son est ici excellente et balaie les éventuels désagréments évoqués plus haut.

Un début de festival qui tient finalement les promesses de lumière et de vibration, laissant percevoir une suite toute aussi lumineuse. Rendez-vous jusqu’au 9 octobre pour la suite…

© Michiel Hendryckx

[Interview] François-René Duchâble : « Je suis aujourd’hui un pianiste heureux ! »
[Critique] Oliver Twist, une nouvelle comédie musicale à la Salle Gaveau
Elodie Martinez
Après une Licence de Lettres Classiques et un Master en Lettres Modernes, Elodie découvre presque par hasard l'univers lyrique et a la chance d'intégrer en tant que figurante la production du Messie à l'Opéra de Lyon en décembre 2012. Elle débute également une thèse (qu'elle compte bien finir) sur Médée dans les arts en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, puis, en parallèle d'un stage dans l'édition à Paris, elle découvre l'univers de la rédaction web et intègre l'équipe de Toute la culture où elle participe principalement aux pages d'opéra, de musique classique et de théâtre. Elle a aussi chroniqué un petit nombre de livres et poursuit l'aventure une fois rentrée sur Lyon. Malheureusement, son parcours professionnel la force à se restreindre et à abandonner les pages de théâtre. Aujourd'hui, elle est chargée de projets junior pour un site concurrent axé sur l'opéra, mais elle reste attachée à Toute la culture et continue d'être en charge de l'agenda classique ainsi que de contribuer, à moindre échelle, à la rédaction des chroniques d'opéra.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *