Classique
Philharmonie de Paris: Les formations résidentes et les orchestres associés

Philharmonie de Paris: Les formations résidentes et les orchestres associés

26 janvier 2015 | PAR Marie Charlotte Mallard

La philharmonie de Paris, vaste fourmilière vouée tant à la découverte qu’à l’excellence, accueille outre l’orchestre de Paris et l’Intercontemporain, pour répétitions et concerts plusieurs formations en tant qu’artistes associés. Retour et présentation de ces formations et de leurs directions. 

 Aux deux phalanges permanentes s’associent donc l’Orchestre de chambre de Paris, l’Orchestre national d’Île-de-France et Les Arts Florissants. Trois identités musicales bien distinctes mais également trois formations s’investissant dans un programme éducatif en faveur des nouveaux publics. Des projets amorcés depuis plusieurs années déjà  et qui rassemblent  ces entités musicales au sein de la Philharmonie en tant que ceux-ci correspondent à l’idéal humaniste et au projet ambitieux de renouvellement du public du nouveau pôle musical de la capitale.

Ce vendredi,  l’orchestre de chambre de Paris donnait son premier concert dans la grande salle avec son fidèle partenaire le Chœur Accentus. Pour l’occasion, était interprétée une œuvre au titre évocateur en ce premier mois d’ouverture, La Création de Haydn. Si nous n’avons pu assister au concert, la répétition générale confirmait une nouvelle dynamique en termes de couleur comme d’esprit musical. Une énergie revigorante, et une rigueur retrouvée que l’on constatait déjà sur le disque consacré à Bach et Schnittke où l’orchestre accompagnait les sœurs Nemtanu, comme lors du concert qui leur était dédié en décembre dernier. Il faut dire que pour muer au fil des années, l’orchestre sait s’entourer, construisant des équipes artistiques éclectiques. En effet, la contralto et chef d’orchestre d’Orfeo 55 Nathalie Stutzman, est venue prendre la succession du hautboïste François Leleux en tant qu’artiste associée tandis que Douglas Boyd, avec qui l’orchestre avait déjà collaboré auparavant rejoint les rangs en tant que directeur musical de la saison 2015/2016.  Une collaboration qui sera confirmée lors du premier concert du chef écossais le 30 janvier prochain au théâtre des Champs-Elysées. Encore un hautboïste donc au sein de l’équipe artistique, mais surtout un membre fondateur de l’Orchestre de chambre d’Europe avec lequel il s’est impliqué comme musicien, avant d’en prendre la direction et ce pendant plus de 20 ans. Chef d’orchestre renommé, il a entre autres dirigé le l’Orchestre symphonique du Colorado et le City of London Sinfonia en tant que chef principal. Remarqué il fut invité à diriger l’Orchestre symphonique de la BBC, l’Orchestre royal d’Ecosse mais également l’Orchestre symphonique de Melbourne et l’Orchestre national de Nagoya. Un choix ambitieux, un savoir-faire et une connaissance du répertoire qui porte en lui de nombreuses promesses.

A l’opposé des 43 musiciens permanents de l’Orchestre de chambre, et composé de quatre-vingt-quinze musiciens permanents, la seconde formation associée L’Orchestre National d’Ile de France donne chaque saison une centaine de concerts. Elle offre aux Franciliens un large répertoire allant du grand symphonique à la musique contemporaine, du baroque aux musiques de film. Remarqué depuis plusieurs années pour son engagement il a été classé parmi les formations nationales les plus dynamiques et a été classé au top 10 des orchestres les plus engagés au monde par le mensuel Gramophone, multipliant les actions pour amener la musique partout en ile de France et s’investissant dans la création contemporaine. Depuis 2012 Enrique Mazzola a succédé avec succès à Yoel Levi, apportant lui aussi un vent de fraîcheur et de nouvelles ambitions artistiques pour la formation.

Ensemble de chanteurs et d’instrumentistes fidèles à l’interprétation sur instruments anciens, Les Arts Florissants dirigés par William Christie sont une des formations les plus réputées dans le domaine. Fondés en 1979, ils ont joué un rôle pionnier pour imposer dans le paysage musical français et redorer un répertoire jusqu’alors laissé à l’abandon. Leur investissement sera d’ailleurs à l’origine de nombreuses vocations – grâce à la création de l’Académie pour jeunes chanteurs Le jardin des Voix- et de la création d’autres orchestres sur instruments d’époque. En 2010, l’ensemble renforce la direction artistique en nommant Paul Agnew directeur musical adjoint, partageant le statut de chef associé avec Jonathan Cohen.

Visuel: © William Beaucardet

Boris Cyrulnik ouvre deux nouveaux centres dédiés à la Petite Enfance
[Chronique] « Solarispellis » d’Arandel : chants de l’ailleurs
Marie Charlotte Mallard
Titulaire d’un Master II de Littérature Française à la Sorbonne (Paris IV), d’un Prix de Perfectionnement de Hautbois et d’une Médaille d’Or de Musique de Chambre au Conservatoire à Rayonnement Régional de Cergy-Pontoise, Marie-Charlotte Mallard s’exerce pendant deux ans au micro d’IDFM Radio avant de rejoindre la rédaction de Toute la Culture en Janvier 2012. Forte de ses compétences littéraires et de son oreille de musicienne elle écrit principalement en musique classique et littérature. Néanmoins, ses goûts musicaux l’amènent également à écrire sur le rock et la variété.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture