Classique

Les Tableaux : ouverture réussie pour l’ONPL

Les Tableaux : ouverture réussie pour l’ONPL

14 septembre 2018 | PAR Sarah Reiffers

La nouvelle saison de l’Orchestre National des Pays de la Loire s’est ouverte à Angers en grande beauté. Sous la baguette de Pascal Rophé, et accompagné par la violoniste Akiko Suwanaï, l’orchestre s’est attaqué à trois grands noms de la musique classique avec une maîtrise parfaite et très, très prometteuse.

La saison 2018-2019 de l’ONPL s’est ouverte à Angers avec « Les Tableaux », programme aux saveurs russes et françaises rassemblant trois œuvres du début du XXème siècle : « Une barque sur l’océan » de Maurice Ravel (dans sa version orchestrale), « Concerto n°1 pour violon et orchestre » de Prokofiev, et le célèbre « Tableaux d’une exposition » de Modeste Moussorgski, dans sa version orchestrée par Ravel. Trois œuvres résolument modernes, où la musique se fait capricieuse et particulièrement technique, rejetant la fluidité qui faisait alors office de norme. Aucune difficulté pour l’ONPL à ce niveau là : mardi soir, sous la baguette de Pascal Rophé, l’orchestre s’est prêté au jeu avec une maîtrise impressionnante et un talent indéniable. Une telle ouverture présage une saison splendide et on ne peut que s’en féliciter.

« Une barque sur l’océan » appartient au cycle des « Miroirs », composé entre 1904 et 1905. Ce cycle regroupe cinq morceaux dédiés à cinq membres de la Société des Apaches, et reflétant (d’où le titre) une émotion ou une image visuelle inspirée par ces personnes. Pour « Une barque », Ravel avait en tête les tableaux de Paul Sordes – et, bien évidemment, l’océan. Comme les deux autres œuvres au programme de ces « Tableaux », « Une barque » se distingue par sa partition changeante, aux nuances et évocations multiples. On y retrouve, dans les notes les plus aiguës, la beauté et la tranquillité des eaux calmes traversées par les rayons du soleil – et, dans les plus graves, la puissance presque effrayante des rouleaux.

Deuxième œuvre au programme, le « Concerto n°1 pour violon et orchestre » de Prokofiev s’appuie sur des transitions brusques et un dialogue malicieux entre le violon et l’orchestre. Ce dernier tantôt s’efface, tantôt revient brutalement sur le devant de la scène. Le « Concerto » alterne ainsi sans véritable transition les moments de délicatesse, produits par une instrumentalisation allégée, et les accents colériques, appuyés par l’orchestre. Mais c’est surtout la voix du violon que l’on retient, capricieuse à la limite de l’insolence, et qui nécessite une grande virtuosité – pari remporté haut la main par la violoniste Akiko Suwanaï, impressionnante de maîtrise dans tous les bondissements et brisures du rythme.

Composé en 1874, « Tableaux d’une exposition » est l’hommage vibrant de Moussorgski à son ami, le peintre Victor Hartmann, disparu à l’âge de 39 ans. En résulte une œuvre hybride, résolument moderne, divisée en dix « tableaux » inspirés de l’oeuvre d’Hartmann (Tuileries, Le vieux château, Bydio…) et reliés par un leitmotiv aux sonorités d’hymne nationale. Mais « Tableaux d’une exposition » est avant tout une promenade traduite en musique, une succession d’impressions subjectives glanées dans un musée (Moussorgski eut l’idée de l’œuvre en se promenant dans une exposition dédiée à Hartmann) ; une œuvre expressionniste avant l’heure, qui se fait tantôt allègre, tantôt vaguement menaçante, tantôt sublime (selon la définition de Burke). Moussorgski passe d’une émotion à une autre sans pour autant renier l’idée d’un fil conducteur, et allie ainsi fragmentation et unité, l’éphémère vie du peintre et la persistance de son art. Son « Tableaux d’une exposition » s’achève sur une explosion de sons extatique, comme un poing levé contre la mort : la célébration grandiose d’un ami parti bien trop tôt.

Visuel : ONPL

Maison de la Radio: Brahms, Lalo et Saint-Saëns, par l’Orchestre National de France dirigé par Emmanuel Krivine et Bertrand Chamayou
Red Galleria : le doux goût design de Campari
Sarah Reiffers

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *