Classique
Martha Argerich et Guy Braunstein, romantiques effrénés

Martha Argerich et Guy Braunstein, romantiques effrénés

27 février 2020 | PAR Nicolas Chaplain

A Berlin, dans la salle Pierre Boulez, Martha Argerich et Guy Braunstein ont joué en toute intimité trois sonates pour piano et violon. L’écrin ovale conçu à l’initiative de Daniel Barenboim par Frank Gehry a mis en évidence la complicité et la ferveur des deux musiciens, a favorisé une interprétation virtuose et sans esbroufe, raffinée et cependant impétueuse de la sonate en la mineur (opus 105) de Robert Schumann, celle en ré majeur de Sergueï Prokofiev et enfin la sonate en la majeur de César Franck.

Martha Argerich et Guy Braunstein ont formé un duo inédit, impeccable et équilibré dont l’auditoire a pu apprécier l’apparente simplicité, la gestique sobre de l’un et l’autre, l’écoute attentive entre les deux partenaires, l’énergie farouche et la délicatesse inouïe.

Dès le premier mouvement du Schumann intitulé « Mit leidenschaftlichem Ausdruck », le violon de Braunstein rauque ou chantant et le piano bouillonnant d’Argerich dialoguent, leurs phrases se chevauchent avec jubilation. Les deux artistes nimbent l’espace de mystère et de douleur puis soudainement courent, dropent fougueusement dans l’Allegretto central et le final. Dans Prokofiev, la douceur touchante et la lumière de l’Andante contrastent également avec la fièvre et l’emportement démoniaque du scherzo.

Il y a une beauté fluide, une aménité délicieuse dans la sonate de Franck mais aussi des pages passionnées, saisissantes dans lesquelles les interprètes deviennent nerveux, haletants. Les deux musiciens semblent rivaliser de vitesse avant de conclure, souriants, l’Allegretto poco mosso.

Deux danses viennoises de Fritz Kreisler – Braunstein explique que le violon sur lequel il joue a appartenu au compositeur – ont clos la soirée dans la félicité.

Photo : Volker Kreidler

L’agenda des vernissages de la semaine du 27 février
Luxueuse intégrale des symphonies de Beethoven par le Philharmonique de Vienne (2)
Nicolas Chaplain

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *