Classique
[Livre-Report] Nevermind aux Musicales de Pommiers : entre amis, tout simplement

[Livre-Report] Nevermind aux Musicales de Pommiers : entre amis, tout simplement

10 août 2017 | PAR Elodie Martinez

Samedi dernier, après avoir entendu Marie-Ange N’Guci et visité le prieuré, le public pouvait assister au concert « Ba-Rock » de Nevermind, le quatuor de virtuoses comptant, entre autre, Jean Rondeau que l’on ne présente plus.

Lors de cette soirée, le quatuor amical que forme Nevermind a souhaité mettre en avant Telemann, et plus particulièrement ses quatuors parisiens, en relation bien sûr avec leur second album portant sur ce compositeur. Pour ce faire, Anna Besson, Louis Creac’h, Robin Pharo et Jean Rondeau ouvrent le concert par le Quatuor parisien n°1, Concerto en Sol majeur et le clôt par une Fugue et le Nouveau Quatuor Parisien n°6 en Mi mineur à la base pour orgue, mais retranscrit ici pour leur formation.

Entre, les interprètes jouent Les Nations, 4ème ordre, Sonade La Piémontaise de Couperin ainsi que la Sonate en Do majeur (BWV 529) de Jean-Sébastien Bach. La bonne humeur transpire de ce groupe d’amis qui n’hésite pas à présenter certaines des œuvres jouées, se charriant parfois, comme lorsque Jean Rondeau interrompt Robin Pharo par un « vous pouvez consulter son blog sinon » lors d’une explication qu’il jugeait trop longue et qui, il est vrai, commençait à digresser (mais de manière très intéressante), montrant toute la passion et l’implication de l’artiste. Nous aurions finalement pu continuer à l’écouter avec plaisir! Des échanges de regards déclenchent parfois des rires, mais cela n’entrave en rien le jeu de chacun, l’équilibre étant ici parfaitement maîtrisé, la flûte enrobant avec légèreté les autres instruments, sans les survoler ou bien les dépasser mais les appuyant tout en s’en détachant juste ce qu’il faut. Chacun trouve ainsi sa place dans cette harmonie globale qui permet également aux individus de montrer leur dextérité afin de nourrir celle de l’ensemble. Bien qu’un autre concert soit prévu juste après, le quatuor offre un bis au public, ravi, à savoir la Chorale de Johann Christoph Bach, là aussi retranscrite pour leur ensemble. Une soirée « à la bonne franquette » marquée toutefois par l’excellence de Nevermind !

©François Escriva

[Live Report] Marie-Ange N’Guci aux Musicales de Pommiers : la relève est déjà là
Sauver un spectacle, sauver le monde : entretien avec Vincent Macaigne et Ulrich von Sidow
Elodie Martinez
Après une Licence de Lettres Classiques et un Master en Lettres Modernes, Elodie découvre presque par hasard l'univers lyrique et a la chance d'intégrer en tant que figurante la production du Messie à l'Opéra de Lyon en décembre 2012. Elle débute également une thèse (qu'elle compte bien finir) sur Médée dans les arts en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, puis, en parallèle d'un stage dans l'édition à Paris, elle découvre l'univers de la rédaction web et intègre l'équipe de Toute la culture où elle participe principalement aux pages d'opéra, de musique classique et de théâtre. Elle a aussi chroniqué un petit nombre de livres et poursuit l'aventure une fois rentrée sur Lyon. Malheureusement, son parcours professionnel la force à se restreindre et à abandonner les pages de théâtre. Aujourd'hui, elle est chargée de projets junior pour un site concurrent axé sur l'opéra, mais elle reste attachée à Toute la culture et continue d'être en charge de l'agenda classique ainsi que de contribuer, à moindre échelle, à la rédaction des chroniques d'opéra.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *