Classique
Le nouvel opus du label Rocamadour – musique sacrée met Hildegard von Bingen à l’honneur

Le nouvel opus du label Rocamadour – musique sacrée met Hildegard von Bingen à l’honneur

15 novembre 2022 | PAR Hélène Biard

Le tout jeune label Rocamadour – musique sacrée, créé en 2020 dans le prolongement du festival de musique sacrée, s’apprête à sortir un nouvel opus dont Hildegard von Bingen est le centre.

Hildegard von Bingen est une abbesse, médecin et érudite au XIIe siècle : une réputation à l’échelle européenne méritée

Cette nonne allemande du XIIe siècle, qui n’a été sanctifiée qu’en 2021 (cf. le très bel article de Jean Pierre Rosa, écrit en 2012), était « multi-tâches» puisqu’elle était médecin, apothicaire, écrivaine, compositrice (la première de l’histoire de la musique), et tout cela en étant abbesse du couvent de Bingen (Allemagne) où elle vécut toute sa vie et d’où elle sortit de temps à autre pour fonder d’autres couvents, tant sa réputation attirait les vocations. Dotée d’une forte personnalité, elle tint tête aux plus grands personnages de son époque ; qu’il s’agisse de monarques, de princes, de cardinaux, voire des différents Papes qui se succédèrent sur le trône de Saint Pierre au cours de sa longue vie. Si l’on connaît les différents ouvrages d’Hildegard von Bingen portant sur les plantes médicinales ou les légumes, plantes comestibles, fruits, céréales qu’elle préconisait aussi pour soigner certains troubles médicaux, digestifs ou hygiéniques (ils sont trouvables dans les bonnes librairies), on connaît moins son corpus musical qui revient pourtant sur le devant de la scène. Et c’est notamment grâce au travail de l’excellente mezzo-soprano Anne Bertin-Hugault qui, depuis quelques années, s’attache à faire revivre l’unique livre de musique de la sainte nonne.

Un CD qui fait la part belle au chant A Cappella

Dès le XIIe siècle, les moines chantaient A Cappella. Les antiennes et répons qui sont dans ce CD ne font pas exception même si certains sont accompagnés à l’orgue ou avec une vièle à archet et d’autres instruments. C’est Anne Bertin-Hugault qui, déjà très investie dans la défense de l’unique livre de musique d’Hildegard von Bingen, a été conviée à faire graver la quinzaine d’antiennes et de répons sélectionnés pour ce nouvel opus. La belle voix de mezzo-soprano enveloppe l’auditeur dès les premières notes de « Caritas », l’antienne qui ouvre le CD. Parmi les œuvres accompagnées on retiendra le « Ô clarissima » accompagnée par Emeran Rollin à l’orgue positif ; Rollin accompagne Bertin-Hugault avec une belle assurance et met en valeur avec talent sa belle voix. Si on peut regretter que les trois Ave Maria aient été composés par des auteurs anonymes, et non par Hildegard von Bingen, ils n’en sont pas moins de très belle facture et méritent largement leur place sur ce CD. La belle voix de baryton de Cédric Baillergeau ne dépare pas dans ce si bel enregistrement et rend justice à l’œuvre de la sainte nonne.

C’est un CD de très belle tenue que nous proposent Anne Bertin-Hugault et l’ensemble Oriscus. Même si la musique sacrée du XIIe siècle peut paraître « sévère » c’est loin d’être le cas, et la lecture de Bertin-Hugault lui rend ses lettres de noblesse ainsi qu’une place méritée sur le devant de la scène.

Compte rendu CD. Hildegard von Bingen (1098-1179) : Caritas (antienne) ; Ave Maria Stella (hymne grégorien et improvisation) ; Ô aeterne Deus (antienne) ; Ô magne Pater ; Rex noster (répons) ; Ave Maria Stella (hymne grégorien et organum) ; Cum erubuerint (antienne) ; Ô quam pretiosa (répons) ; Ô splendidissima (antienne) ; Ô clarissima (répons) ; Ave Maria stella (hymne grégorien et improvisation) ; Spiritus Sanctus (antienne) ; Ô nobilissima viriditas (répons) ; Ô vos angelis (répons) ; Allelluia, O virga mediatrix ; Alma Rendemptoris Mater (hymne grégorien). Anne Bertin-Hugault, mezzo soprano ; Cédric Baillergeau, baryton ; Colin Heller, guiterne (N°2 et N°8), citole (N°11), Moraharpa (N°13), vièle à archet (N°15) ; Emeran Rollin, orgue positif. Ensemble Oriscus. Label : Rocamadour, musique sacrée. 25 euros. Réservez votre disque. 

Visuel : © couverture

La Cerisaie orageuse de Daniel Jeanneteau au T2G
L’agenda classique et lyrique de la semaine du 15 novembre
Hélène Biard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration