Classique
Le Concert de Paris 2015 « accueille le monde »

Le Concert de Paris 2015 « accueille le monde »

18 juillet 2015 | PAR Elodie Martinez

Mardi 14 juillet marquait bien sûr le jour de la Fête Nationale, mais aussi la troisième édition du plus grand concert en plein air de musique classique au monde. Il n’aura pas fallu plus de deux ans pour que ce concert ne devienne un des évènements planétaires de la musique classique. Cette année, « Paris accueille le monde » mais surtout certains des plus grands noms parmi les artistes musiciens et chanteurs : Joyce DiDonato, Julie Fuchs, Fabio Sartori, Bryn Terfel, et les solistes, Gautier Capuçon, Ray Chen et Lang Lang. La soprano Sonya Yoncheva s’est excusée et a expliqué sur ses réseaux sociaux que, malgré son envie, elle ne pouvait malheureusement pas être présente pour des raisons d’emploi du temps mais « croit bien » venir pour le concert de 2016.

Même si cela ne fait que 3 ans, c’est maintenant une tradition : La marche Hongroise extraite de La Damnation de Faust ouvre la soirée, toujours interprétée magistralement par l’Orchestre national de France dirigé par Daniele Gatti. Suit Carmina Burana de Carl Orff où le Chœur et la Maîtrise de Radio France se joignent aux musiciens pour enthousiasmer la foule avant que la grande Joyce DiDonato ne vienne à son tour adoucir l’atmosphère par Somewhere over the Rainbow. Difficile alors de se taire sur la robe choisie par la cantatrice et dont les réseaux sociaux se sont instantanément emparée, marquant une certaine parenté avec un costume de Papagena à cause des couleurs quelque peu criardes. L’interprétation de l’artiste reste toutefois bien plus essentielle que sa tenue et Joyce DiDonato excelle dans ce domaine. Lang Lang, présent pour la 2ème fois, joue un extrait de Rhapsody in Blue fidèle à lui-même, partageant par son interprétation. La Barcarolle est elle aussi à nouveau au programme de cette année au côté d’autres grands classiques, comme le très beau duo entre Joyce DiDonato et Bryn Terfel, La ci darem la mano Autre beaux moments, Vocalise de Rachmaninov par Julie Fuchs, la Méditation de « Thaïs » par Gautier Capuçon, moment magique, ou encore la Marche de Radetsky de Strauss dans laquelle le public se joint à l’orchestre, petit clin d’œil à nos amis autrichiens et à leur fameux Concert du Nouvel An. Voir le programme complet.

Bien que le concert de musique classique soit au cœur de la soirée, le Concert de Paris est plus que cela : près de 3,5 tonnes d’explosif ont été mises en place pour ce qui est « le plus beau feu d’artifice du monde » face à un demi-million de spectateurs. Les téléspectateurs, eux, se comptent par dizaines de millions à travers le monde. Encore une fois, difficile d’être déçu par ce fabuleux travail pyrotechnique qui s’est appuyé sur les 4 faces de la Dame de Fer. Ce spectacle de près d’une demi-heure nous faisant voyager dans le monde commence par ces mots : « 2015, 2014, Bienvenu à Paris », rappelant le thème de cette année et les J.O. de 2024. La musique débute alors, mais seules les images peuvent être à la hauteur de la beauté de ce qui nous est offert. Cette année, la Tour Eiffel se dandine même! Malgré un petit passage légèrement calme après le début, Skyfall marque une nouveau départ jusqu’au final éblouissant.

Pourtant, cette soirée est avant tout celle du 14 juillet : si le concert apporte de vibrantes émotions, allant de la plénitude à l’enthousiasme, et si le feu d’artifice nous électrise, nous émerveille et réveille l’enfant en nous, l’instant le plus fort reste très certainement celui de la Marseillaise chantée non seulement par l’ensemble des artistes sur scène mais aussi et surtout par les centaines de milliers de voix qui s’élèvent du Champs de Mars et qui résonnent dans chacun des millions de postes de télévision allumés ce soir-là. A cet instant précis, Liberté, Égalité ainsi que Fraternité rejoignent la foule et la Fête est véritablement Nationale.

Allons z’enfants, le jour de gloire est bien là et reviendra le 14 juillet prochain. Rendez-vous est pris! En attendant, il est toujours possible de revoir cette soirée grâce à la superbe captation de France 2 jusqu’au 21 juillet sur Culturebox ou bien celle de 2014 absolument fabuleuse ou même la toute première, en 2013.

 

[LIVE REPORT] CHRISTINE AND THE QUEENS, THE CHEMICAL BROTHERS, TOM JONES ET THE DØ AUX VIEILLES CHARRUES
[Festival d’Avignon] Dinamo, la maison des folles de Claudio Tolcachir
Elodie Martinez
Après une Licence de Lettres Classiques et un Master en Lettres Modernes, Elodie découvre presque par hasard l'univers lyrique et a la chance d'intégrer en tant que figurante la production du Messie à l'Opéra de Lyon en décembre 2012. Elle débute également une thèse (qu'elle compte bien finir) sur Médée dans les arts en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, puis, en parallèle d'un stage dans l'édition à Paris, elle découvre l'univers de la rédaction web et intègre l'équipe de Toute la culture où elle participe principalement aux pages d'opéra, de musique classique et de théâtre. Elle a aussi chroniqué un petit nombre de livres et poursuit l'aventure une fois rentrée sur Lyon. Malheureusement, son parcours professionnel la force à se restreindre et à abandonner les pages de théâtre. Aujourd'hui, elle est chargée de projets junior pour un site concurrent axé sur l'opéra, mais elle reste attachée à Toute la culture et continue d'être en charge de l'agenda classique ainsi que de contribuer, à moindre échelle, à la rédaction des chroniques d'opéra.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *