Classique
Un concert consacré à Jean Sébastien Bach par le Café Zimmermann à la Seine Musicale

Un concert consacré à Jean Sébastien Bach par le Café Zimmermann à la Seine Musicale

11 octobre 2021 | PAR Jean-Marie Chamouard

L’orchestre de chambre « Café Zimmermann » interprète les Concertos Brandebourgeois n°4, 2 et 3, le concerto pour violon en la mineur et la suite n°3 en ré majeur le 7 octobre 2021 à la Seine Musicale.

Un orchestre de chambre au nom historique

Café Zimmermann : voilà un nom étonnant pour un orchestre de chambre ! Il a été fondé en 1999 par le violoniste argentin Pablo Valetti et par la claveciniste Céline Frisch. Le café Zimmermann fait référence à l’établissement de Gottfried Zimmermann à Leipzig, qui au XVIIIème siècle accueillait régulièrement des concerts sous la direction de JS Bach entre 1729 et 1739. Ce lieu historique, détruit pendant la deuxième guerre mondiale, est ainsi sorti de l’oubli. L’orchestre Café Zimmermann réside au Grand théâtre d’Aix en Provence. Pablo Valetti en est ce soir le violoniste soliste et le chef d’orchestre. Son interprétation de la musique instrumentale de JS Bach est colorée, sensible, alliant énergie et retenue, puissance et légèreté.

Les Concertos Brandebourgeois :

Les six concertos Brandebourgeois ont été écrits en 1721 lorsque le compositeur séjournait à Coethen. Leur nom fait référence au destinataire, le margrave Christian Louis de Brandebourg, oncle du roi de Prusse. Ces concertos sont une synthèse de l’art musical de l’époque, des influences italiennes et françaises. C’est une musique joyeuse, tous les concertos sont en mode majeur. Leur orchestration est diversifiée, originale, leur premier nom en français était : six concertos avec plusieurs instruments.
Le concert débute par le concerto Brandebourgeois N° 4, un concerto pour violon et deux flûtes. Le trio est harmonieux, élégant. L’andante est un moment paisible d’une grande douceur, le presto final rapide, joyeux, met en valeur la virtuosité du violon soliste.

Le concerto pour violon en la mineur est contemporain des concertos Brandebourgeois. L’influence d’Antonio Vivaldi et de la musique italienne est manifeste. Le premier mouvement est à la fois entrainant et mélodieux, l’équilibre entre l’orchestre et le soliste est parfait. L’andante est un dialogue entre le violon soliste, les cordes et la basse continue. Le chant du violon est très émouvant, d’une grande pureté, d’une grande douceur. L’allégro final est une musique gaie, lumineuse, chatoyante.
L’orchestre joue ensuite le concerto Brandebourgeois n°2.Avec la trompette et les flûtes comme solistes, la musique est remplie d’allégresse, l’ambiance du premier mouvement celle d’une fête princière, peut être d’une chasse à cour. L’andante évoque une promenade paisible. Les violoncelles tiennent un rôle majeur, la trompette est muette mais reprend en fanfare pour un troisième mouvement impressionnant par sa vélocité.

Le troisième concerto Brandebourgeois est un concerto pour cordes sans véritable soliste. Sa construction est originale avec deux mouvements rapides séparés par quelques accords, comme une plainte inattendue. L’allégro final évoque une danse enivrante par son rythme et sa rapidité.

La troisième suite : une œuvre princière

La troisième suite a été composée en 1723 à Leipzig. C’est une succession de danses avec une ouverture à la française. C’est une musique de cour, d’apparat, de divertissement qui rappelle celle de Lully. Avec trois trompettes et des timbales pour renforcer les cordes, l’ouverture pourrait être une « petite symphonie ». La musique est puissante, majestueuse, grandiose, elle semble annoncer un grand événement. L’air de la troisième suite est célébrissime. Il parait « tomber du ciel ». Le chant du violon est une prière vers l’éternité accompagnée par les cordes pincées des violoncelles. Superbe. Emouvant. Place ensuite à quatre danses joyeuses et ludiques.
L’auditeur sera séduit par ce concert dédié à la musique instrumental de Jean Sébastien Bach, par la cohérence de la programmation et la richesse de l’interprétation.

visuel (c) Affiche du Concert

Un livre unique pour Hokusai et le mont Fuji
L’agenda culturel de la semaine du 11 octobre
Jean-Marie Chamouard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture