Classique
Albin de la Tour : « Le Festival 1001 Notes participe à ce que la musique classique s’ancre dans notre époque »

Albin de la Tour : « Le Festival 1001 Notes participe à ce que la musique classique s’ancre dans notre époque »

24 juin 2020 | PAR Yaël Hirsch

Dans la lignée des concerts en streaming gratuits « Aux notes citoyens », le Festival 1001 notes a modifié sa 15e édition qui a lieu du 1er au 8 août 2020,  et l’a transformée en véritable coup de boost au moral. Interview d’Albin de la Tour, fondateur et directeur du Festival. 

Comment sont nés les concerts « Aux notes citoyens » ? La musique est-elle devenue encore plus politique pendant le confinement ?

J’écoute énormément de musique et les concerts me permettent de m’évader du quotidien, cela me remplit d’énergie positive. La musique est une source de liberté indispensable. Il m’a paru évident qu’il fallait lutter pour maintenir des concerts « en live » pendant le confinement pour maintenir cette nourriture de l’âme et pour continuer à partager des moments avec le public, même chacun derrière un écran. Deux jours après le confinement nous avons créé avec une dream team constituée d’amis tous bénévoles pour lutter contre la morosité, avec laquelle j’avais déjà collaboré; Edouard Aguettant et son associé avec qui je partage mon bureau, qui, coup de chance, est producteur de captations vidéos, le slameur Cocteau Mot Lotov pour introduire les concerts, le graphiste Gaël de la Gournerie et les membres de notre association, 1001 Notes. Nous avons organisé pendant le confinement plus de 12 concerts à consulter ici Je ne sais pas si la musique est plus politique, mais en tout cas certainement encore plus nécessaire ces temps-ci; la musique permet l’écoute, d’apaiser, de rêver et les concerts de fédérer, de partager et de passer des moments inoubliables. Il faudrait que les politiques soient encore plus pour la musique !

La programmation des 15 ans était-elle prête le 15 mars ? Quand avez-vous décidé que le festival aurait lieu malgré la crise du covid?

La programmation des 15 ans a été mise en vente en novembre 2019, en mars 2020 le remplissage était de 30%. Dès le 22 mars, nous avions la volonté de maintenir un festival idéalement avec du public ou au pire derrière des écrans, il s’agissait d’une évidence, d’un acte de survie. Nous avons essayé de discerner ce qui serait possible ou non, qu’au pire nous pourrions faire des captations sans public, au mieux des concerts avec du public, mais qu’il faudrait diviser drastiquement les coûts à cause de jauges qui seront certainement plus faibles et que nous devrions nous adapter totalement à un nouveau contexte, donc changer totalement ce qui était prévu. Le Festival prévu avant mars proposait 10 concerts dans des grandes salles (Zénith, Opéra de Limoges) tous les deux jours; notre édition « déconfinée » proposera des concerts pour 200 personnes plusieurs fois par jour en plein air, pendant 8 jours sur un seul lieu.

Programmation 2020 prévue avant le covid 

Programmation 2020 après le covid

Allez vous garder une jauge très réduite ou allez vous pouvoir avoir plus de spectateurs en live après les dernières annonces du gouvernement sur les salles de spectacles ?

Les annonces du gouvernement sont soumises à interprétation, et à des mais : « Les salles de spectacles peuvent désormais aller au-delà de la demi-jauge préconisée en raison du coronavirus, mais les spectateurs seront toujours séparés par un siège s’ils n’appartiennent pas au même groupe, a annoncé dimanche le ministre de la Culture, Franck Riester (article paru dans Le Monde le 21 juin 2020). Nous avons donc trouvé un nouveau format de festival; des concerts en petite jauge qui s’enchaînent pendant la journée dans un parc immense. Nous conserverons certainement ce nouveau format pour les prochaines éditions avec une volonté de proposer un festival plus simple, intime et naturel « Small is beautiful ».

Comment va se passer le streaming?

En plus des concerts avec du public, nous proposerons des concerts conçus uniquement pour le public derrière un écran, pour figer des moments uniques et valoriser le Limousin dans des lieux exceptionnels. Ces concerts seront filmés notamment avec un drone et seront diffusés début août sur nos réseaux sociaux et par France 3 Nouvelle Aquitaine, accessibles gratuitement pour tous et même aux personnes qui ne sont pas encore nées (les concerts seront en streaming)! Ainsi le violoncelliste Thibaut Reznicek proposera un récital itinérant dans les lieux les plus insolites du Limousin, le Concert Idéal proposera un concert mis en espace sur le Mont Gargan (ancien maquis de la Résistance), la chanteuse du groupe Moriarty, Rosemary Standley, jouera du Schubert avec l’ensemble Contraste dans le Vieux Château de Vicq-sur-Breuilh et enfin le pianiste Simon Graichy jouera avec une danseuse derviche, une chanteuse pop et un DJ au milieu de l’île de Vassivière !

Pouvez vous nous parler des talents découverts qui vous ont le plus marqués dans les 15 ans de 1001 notes ?

En 2009, nous avons créé un label,  » la Collection 1001 Notes », avec lequel nous avons figé des moments, que nous pouvons également regarder sur notre chaîne youtube. Nous avons aujourd’hui réalisé 15 enregistrements, à l’image du festival, qui proposent une grande variété de répertoires et d’instruments (piano, violoncelle, accordéon, slam, électro….). Nous avons eu la chance de voir éclore le talent de tout jeunes musiciens que nous avions rencontrés à l’âge de 14 ans, comme le pianiste Selim Mazari ou le violoncelliste Bruno Philippe qui mènent depuis une très belle carrière (prix internationaux, nomination aux Victoires de la Musique…).

Pour cette édition anniversaire Alexandre Tharaud côtoie Isabelle Georges, Marie-Agnès Gillot ou Rosemary Standley : il y a un dialogue des genres ?

La volonté du Festival est de participer à ce que la musique classique s’ancre dans notre époque en proposant des rencontres entre des musiciens classiques avec toutes les autres disciplines ; électro, hip-hop, danse, cirque, théâtre, jazz…. et de faire partager cette musique à tout le monde. La musique classique est vivante et peut parler à tout le monde, quand elle s’inspire et vit avec son époque, et se nourrit des sons d’aujourd’hui. Cette année des artistes très éclectiques pourront se croiser et s’écouter pendant la journée, et le but principal de cette année est de partager, de se régénérer; en plus des concerts nous proposons des ateliers de musicothérapie, des concerts pour les enfants.

Pouvez vous nous parler des lieux du festival et de l’ancrage dans la culture et la gastronomie locales?

C’est à Limoges, dans l’Abbaye de Saint Martial, qu’a été créée la musique polyphonique, c’est du Limousin que sont partis de nombreux troubadours (Bertran de Born, Bernard de Ventadour), c’est toujours à Limoges que le jazz s’est implanté pendant la seconde guerre mondiale ! Les concerts avec du public auront lieu dans le Parc du Mazeau à Saint-Priest-Taurion qui a accueilli des concerts de Jacques Brel, Johnny Hallyday, organisés dans le cadre des fêtes de l’Humanité. Depuis sa création, le festival a invité de très nombreux artistes du Limousin. Aujourd’hui le Festival 1001 Notes accueille dans le Parc du Mazeau de Saint-Priest des artistes comme Barbara Hendricks, Philippe Jaroussky, Khatia Buniatishvili, et cet été ce sera Alexandre Tharaud, Marie-Agnès Gillot, et toujours avec cet esprit de partage et la volonté de réserver le meilleur de la musique classique à tout le monde, de la façon la plus généreuse et simple possible. Pour la gastronomie, nous aurons des food trucks qui proposeront des produits locaux, nous servirons notre bière LaDoRé (bio et faite avec passion à Limoges).

visuel : affiche du festival

L’agenda classique et lyrique, physique et numérique du 23 juin
« Monsieur X » de Mathilda MAY : les gouaches de la vie…
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *