Classique

A Lyon : A King’s Messiah livré pour nous grâce aux Grands Concerts

A Lyon : A King’s Messiah livré pour nous grâce aux Grands Concerts

23 décembre 2017 | PAR Elodie Martinez

Hier, Les Grands Concerts offraient un exceptionnel cadeau avant l’heure en prêtant la scène de la Chapelle de la Trinité à Robert King et à son ensemble The King’s Consort pour un oratorio traditionnel de Noël (ou plus précisément the oratorio de Noël), à savoir Le Messie de Haendel.

Fondé en 1980, The King’s Consort fait parti des premiers ensembles européens sur instruments d’époque. Accompagné de son choeur tout aussi célèbre que lui, l’ensemble se produit en tournée partout dans le monde et a déjà une centaine de titres à son catalogue avec plus d’un million d’albums vendus, étant ainsi l’un des ensembles sur instruments anciens qui a le plus enregistré. Sa venue à Lyon était donc un véritable événement auquel le public a répondu présent, se doutant bien qu’un Messie célébré par le King’s Consort serait bien plus qu’un Messie. Et il avait raison!

Deux notes suffisent pour annoncer la couleur, ou plutôt la tonalité de la soirée, magistrale, grandiose, superlative. Deux notes seulement et nous basculons déjà dans l’excellence qui donne une résonance unique à la soirée. La direction de Robert King vaut amplement tous les éloges qui le précèdent et l’on ne peut que se laisser porter par l’ensemble qui maîtrise de bout en bout chacune des notes composant la partition. L’équilibre et l’homogénéité sont de mise, les nuances se déclinent et colorent le tout, l’écoute est totale et permet de porter haut la musique et les voix.

Du côté de ces dernières, ce sont quatre solistes à la prononciations irréprochables que nous entendons. Le ténor Joshua Ellicott, tout d’abord, dont la voix n’a aucun mal à porter au loin dans cette superbe acoustique de la chapelle, agrémentant sa projection au gré de la partition, descendant dans de formidables pianissimi avant que d’exploser en puissance. La basse Henry Waddington offre un très beau moment lors de son aria « The trumpet shall sound » même si la tinalité de sa voix implique naturellement une projection globalement moins importante que celles de ses compères. La contralto Hilary Summers donne à entendre une belle palette de couleurs à la robe ambrée lorsque interviennent les graves, mais avouons que la soprano Lorna Anderson est probablement celle qui fait le plus d’effet grâce à une voix aux mediums de velours, à la fois charnue et cristalline dans les notes plus aiguës. Un véritable délice que l’on se plaît à savourer à chacun de ses passages.

Grandement sollicités par la partition, les choeurs du King’s Consort impressionne par la maîtrise de l’ouvrage, l’unité et la solidité de l’ensemble, parvenant à obtenir (aidés de l’acoustique de la salle) la puissance attendue pour l’Hallelujah, engendrant une salve d’applaudissement méritée et enthousiaste de la part du public. Les quatre altos font particulièrement impression, notamment grâce à l’équilibre de l’ensemble qui laisse chaque groupe de voix s’exprimer sans jamais empiéter les uns sur les autres. L’harmonie obtenue vaut bien des éloges, et le « Amen » qui clôt la soirée permet de se rendre compte à la fois des nuances, de l’homogénéité, de la prononciation et de la modulation dont les choeurs sont capables, grâce au crescendo final : difficile d’imaginer qu’une telle puissance puisse être atteinte par moins de 20 chanteurs!

Une soirée aux douces notes anglaises dont le service « so british » a su donner un délicieux avant-goût des festivités de Noël. L’unique regret de la soirée, s’il doit y en avoir un, est l’absence d’un bis alors qu’il est devenu traditionnel de reprendre une partie de l’Hallelujah avec le public…

© Taco van der Werf pour Robert King
© Gerard Collett pour Henry Waddington

« Dirty Dancing » clôt l’année en beauté à l’Arena Loire Trélazé
Judith Margolin parle de son double Mudith Monroevitz [Culturoscope]
Elodie Martinez
Après une Licence de Lettres Classiques et un Master en Lettres Modernes, Elodie découvre presque par hasard l'univers lyrique et a la chance d'intégrer en tant que figurante la production du Messie à l'Opéra de Lyon en décembre 2012. Elle débute également une thèse (qu'elle compte bien finir) sur Médée dans les arts en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, puis, en parallèle d'un stage dans l'édition à Paris, elle découvre l'univers de la rédaction web et intègre l'équipe de Toute la culture où elle participe principalement aux pages d'opéra, de musique classique et de théâtre. Elle a aussi chroniqué un petit nombre de livres et poursuit l'aventure une fois rentrée sur Lyon. Malheureusement, son parcours professionnel la force à se restreindre et à abandonner les pages de théâtre. Aujourd'hui, elle est chargée de projets junior pour un site concurrent axé sur l'opéra, mais elle reste attachée à Toute la culture et continue d'être en charge de l'agenda classique ainsi que de contribuer, à moindre échelle, à la rédaction des chroniques d'opéra.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *