Musique

Chopin à la Cité de la Musique ou l’atelier du compositeur

09 mars 2010 | PAR Alienor de Foucaud

Du 9 Mars au 6 Juin, La Cité de la Musique retrace l’œuvre du virtuose dans le cadre de l’année Chopin 2010 au travers d’une exposition qui invite à découvrir son univers musical au cœur des cercles parisiens artistiques, à comprendre son attachement indéfectible au piano et à pénétrer dans l’atelier du compositeur, là où l’œuvre se crée.

Tandis que le Romantisme des années 30 bat son plein dans la capitale parisienne, le dandy mélomane arrivé de Pologne vient conquérir la cité du Piano, tel un héros balzacien. L’exposition invite ainsi ses visiteurs à comprendre comment la vie romantique parisienne a influencé l’œuvre du prodige, principalement au travers de ses rencontres.

Pleyel, Sand, Delacroix, ils sont très nombreux à orner les murs de l’exhibition : tous sollicitèrent Chopin et participèrent au succès de sa carrière musicale. Gravures, lithographies, coupures de presse, lettres manuscrites, correspondances, partitions… Les documents affluent, illustrant une époque où la vie romantique se jouait essentiellement dans les salons, noyaux de la sociabilité mondaine et berceaux des échanges dans les arts.

Le piano est ici célébré dans toute sa dimension, plus qu’un instrument de musique, il s’inscrit dans le mobilier bourgeois de l’époque, célébré comme un objet d’art à part entière. La présence des instruments de Chopin nous fait entrer au cœur du mécanisme de son œuvre, ses pianos parlent pour lui, tel des doubles, ils s’accordent  avec lui dans une symbiose parfaite.

Chopin se révèle sous ses multiples facettes, au travers de ses Mazurkas et de ses Polonaises, il joue et met  en musique la Pologne, véritable pianiste politique, ses compositions sont élevées au rang de musiques d’art. Enfin, transparaît l’extraordinaire polyphonie de son œuvre, ici ce sont des valses, des préludes, des nocturnes, des concertos, des scherzos ou encore des tarentelles qui bercent nos oreilles rappelant le génie de cet improvisateur né qui composait directement au piano selon une création spontanée miraculeuse.

Puis ce sont des sélections de textes littéraires et d’œuvres musicales enregistrées selon un parcours sonore. Seule la Marche Funèbre manque au rendez-vous. Enfin, la touche finale se situe à l’écran, quelques extraits de films sont présentés dans un salon de cinéma : l’œuvre musicale semble propice à soutenir le discours cinématographique dans des registres très divers, une jolie manière de boucler la boucle.

 

Chopin à Paris, l’atelier du compositeur, du 09 Mars au 06 Juin 2010 à La Cite de la Musique, 221, avenue Jean Jaurès, 75019 Paris, Métro Porte de Pantin, Ligne 5.

 

De nombreux concerts sont également organisés autour de l’exposition tant à la Cité de la Musique qu’à la Salle Pleyel : www.cite-musique.fr www.sallepleyel.fr

 

Exposition Voices on the rise, l’actualité par les femmes afghanes
Mélanie Laurent sur tous les fronts
Alienor de Foucaud

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *